Tout sur Assad

Européens, arrêtez de crier et soutenez Erdogan à Idlib, écrit Koert Debeuf, rédacteur en chef du site d'information européen EUobserver. "C'est là que réside la cause d'un nouveau flux de réfugiés et peut-être d'une nouvelle crise des réfugiés en Europe".

Plusieurs voix y compris au niveau officiel ont plaidé récemment en Europe pour renouer avec Assad maintenant qu'après huit ans d'un confit terrible le dirigeant syrien apparaît comme le vainqueur incontestable de la guerre avec l'aide de la Russie.

A la faveur d'accords séparés avec Washington et Moscou mettant fin à son offensive en Syrie, la Turquie a obtenu satisfaction sur sa principale revendication: éloigner les forces kurdes syriennes de sa frontière. Mais ces accords, et le désengagement militaire américain, profitent surtout à la Russie, plus que jamais en position de force pour imposer un règlement largement à l'avantage du régime de Bachar al-Assad.

Le président turc pensait conserver en Syrie une zone d'influence qui lui aurait permis de négocier avec les Russes et les Iraniens. Il n'en sera rien. Avec une logique imperturbable, les troupes de Bachar al-Assad, appuyées par l'aviation russe, ont repris les hostilités dans la poche d'Idlib, le dernier des bastions djihadistes.

Honni par une grande partie de la communauté internationale, Bachar al-Assad semble aujourd'hui plus que jamais proche d'un retour en force en Syrie et en grâce dans la région, près de huit ans après une guerre dévastatrice aux répercussions mondiales, selon les experts.