Tout sur Asie

Les coronavirus ne concernent pas uniquement les humains. Le monde animal en est plein. Cependant, on ignore à quel point ils représentent un risque pour l'humanité. Entretien avec la biologiste Sophie Gryseels. "Heureusement, les souris grises et les rats bruns ne sont probablement pas sensibles à notre coronavirus."

L'Europe a passé jeudi le cap des trois millions de cas de coronavirus, à l'heure où la progression de l'épidémie inquiète en particulier sur le continent américain, mais aussi en Asie ou en Australie, contraignant de nombreux pays à durcir les mesures sanitaires.

Faible en graisses, riche en protéines, peu coûteux... Le soja a pas mal d'atouts pour lui. Sa consommation a explosé, stimulée par de supposés bienfaits pour la santé. Dans Planète Soja, la journaliste Julie Lotz invite plutôt à s'en méfier. Les phyto-oestrogènes qu'il contient, lorsqu'ils sont surconsommés, pourraient provoquer cancers, stérilité ou encore problèmes de thyroïde.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 478.818 morts dans le monde depuis que la Chine a fait officiellement état de l'apparition de la maladie en décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 19h00.

Société familiale française spécialisée dans les produits de beauté et les parfums haut de gamme, Sisley affronte la crise du coronavirus dans un esprit de solidarité. Avec le personnel soignant mais aussi ses collaborateurs, ses fournisseurs et son environnement économique. Son PDG Philippe d'Ornano a le regard tourné vers un autre futur possible.

Alors que plusieurs pays d'Europe assouplissent peu à peu les règles du confinement, certains États enregistrent déjà des signaux inquiétants : le nombre de cas repart à la hausse, de potentiels nouveaux foyers sont détectés. La deuxième vague de contaminations serait-elle déjà à nos portes ?

Nous ne sommes pas égaux devant la catastrophe. Les plus âgés face à la maladie, les plus pauvres face à la crise sont davantage exposés. Mais il n'y a pas de fatalité à y succomber. L'épreuve peut aussi déboucher sur des activités plus porteuses de sens, espère le sociologue Hugues Lagrange.

La moitié des citoyens de la planète sont aujourd'hui soumis à une forme plus ou moins stricte de confinement pour ralentir la propagation du coronavirus. Le nombre de nouveaux cas et d'hospitalisations se stabilise dans de nombreux pays. Ces derniers envisagent donc un déconfinement, qui sera progressif. Mais la levée des restrictions ne doit pas se faire n'importe comment.