Tout sur Armand De Decker

Une première inculpation est tombée dans le dossier belge du Kazakhgate, sept ans après les faits et plus de trois ans et demi après l'ouverture d'une information judiciaire. Lenteur coupable ? Retour sur une enquête haute tension.

La député bruxellois Armand De Decker a décidé de démissionner du MR après l'annonce de son inculpation dans l'affaire dite du Kazakhgate.

C'était attendu depuis un moment. Le député MR Armand De Decker vient d'être inculpé pour trafic d'influence, à Mons, dans le dossier du Kazakhgate.

Le rôle de l'ancien président du Sénat Armand De Decker, intervenu comme avocat au profit de l'Elysée, soucieux du sort judiciaire réservé en Belgique à un trio d'hommes d'affaires kazakhs, a été unanimement condamné mercredi en séance plénière de la Chambre à l'occasion de l'examen des conclusions de la commission d'enquête parlementaire sur les circonstances qui ont entouré le vote et l'application en 2011 de la loi de transaction pénale élargie.

La Chambre débat ce mercredi en séance plénière des conclusions de la commission d'enquête qui a examiné les circonstances qui ont conduit à l'adoption et à l'application de la loi du 14 avril 2011 sur la transaction pénale élargie, un mécanisme permettant l'extinction de poursuites judiciaires contre une somme d'argent, y compris en cours de procédure, pour des délits et même des crimes correctionnalisables.

Le bourgmestre Dilliès, qui a remplacé l'ex-ministre englué dans le Kazakhgate, subit la dissidence de l'échevin Cools. Divisé, le MR pourrait perdre la majorité absolue. Les jeux sont plus ouverts que jamais.

Actrice centrale du Kazakhgate, Catherine Degoul qui, avec Armand De Decker, a défendu le milliardaire Patokh Chodiev, vit aujourd'hui recluse dans son appartement de Nice, sans travail ni téléphone, avec des stocks impressionnants de nourriture planqués dans des valises.Thierry Denoël avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard) et Yann Philippin (Mediapart).

L'étrange démarche d'Armand De Decker auprès de l'Elysée et des renseignements français, en mars 2011, fait désormais l'objet d'une enquête au parquet de Paris. En Belgique, par contre, la justice ne s'est pas (encore ?) intéressée à ce volet troublant du Kazakhgate.Par Thierry Denoël - Enquête avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard) et Yann Philippin (Mediapart)

Une note d'honoraires de 201 485 euros d'Armand De Decker en tant qu'avocat reste inexpliquée. C'est en tout cas ce qui ressort du dossier judiciaire qui relève de nombreuses contradictions...Par Thierry Denoël - Enquête avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard)

Avocat, échevin libéral à Uccle et fidèle bras droit d'Armand De Decker, Jonathan Biermann, risque, lui aussi, des poursuites judiciaires dans le dossier Kazakhgate. La justice le suspecte d'avoir commis au moins un faux en écriture.Par Thierry Denoël - Enquête avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard)

Le contenu des écoutes téléphoniques à l'origine de l'enquête sur l'avocat général Godbille, qui a reçu 25 000 euros de l'avocate de Chodiev, est troublant : il y aurait encore des acteurs qui manquent dans le Kazakhgate. Ce scandale d'Etats n'a visiblement pas livré tous ses secrets.Par Thierry Denoël, enquête avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard).

Compliqué, ce bourbier kazakh qui implique trois Etats et une multitude d'acteurs de haut rang. La commission d'enquête parlementaire sur la transaction pénale boucle ses travaux de prospection dans la précipitation et avec un enjeu politique de taille pour le MR du Premier ministre Charles Michel. Décryptage.