Tout sur Arco

Le vice-Premier ministre Didier Reynders (MR) a estimé dans la presse flamande samedi que la possibilité était mince qu'une solution soit dégagée pour les 800.000 coopérateurs d'Arco avant les élections de 2019.

L'accord estival du gouvernement Michel prévoit - enfin... - une solution à ce litige miné. 800 000 coopérateurs lésés par la chute de Dexia et des communes revanchardes espèrent que cette promesse n'est pas du vent.

Le Premier ministre Charles Michel a mis en avant mardi la capacité de son gouvernement à mener des réformes. Selon lui, l'accord auquel il est parvenu au cours de la nuit sur le budget 2019 et une série d'autres dossiers le démontre. Pour le PS, cet accord fait payer aux plus précarisés la mauvaise gestion de l'exécutif. Ecolo dénonce lio de "vieilles recettes".

Le volet Arco de l'accord budgétaire survenu cette nuit au gouvernement fédéral ne nécessite pas l'accord préalable de l'Europe, a assuré mardi le vice-Premier ministre CD&V Kris Peeters, sur les ondes de Radio 1 (VRT).

Le gouvernement réuni en comité restreint est parvenu à boucler un accord dans la nuit de lundi à mardi. "Agreement" a tweeté le Premier ministre Charles Michel un peu avant 1h. L'accord inclut le budget 2019, le "deal pour l'emploi", l'indemnisation des coopérants d'Arco, à laquelle est liée la privatisation partielle de Belfius, ainsi que la venue d'un 4e opérateur mobile sur le marché des télécoms en Belgique.

Les heures ou jours qui viennent devraient être décisifs pour la confection du budget 2019. Le gouvernement s'est réuni en comité restreint vendredi et une nouvelle réunion devrait avoir lieu samedi vers 18h. A bonne source, l'on indiquait qu'elle pourrait se dérouler "au finish" pour réaliser les derniers arbitrages. Plus tôt dans l'après-midi, une réunion des chefs de cabinet est attendue pour préparer les travaux.

Si Belfius devait être (partiellement) privatisée pour faciliter le remboursement des coopérateurs d'Arco, il ne serait pas juste de ne pas envisager dans le même temps un remboursement des communes qui avaient refinancé le Holding communal, a affirmé mercredi le député wallon Christophe Collignon.

Après une semaine d'effervescence politique, le projet de budget 2017 a vu le jour. Si le budget lui-même a rapidement fait l'objet d'un accord, la discussion concernait trois autres dossiers qui ont entraîné un débat enflammé avec des conséquences importantes pour les relations interpersonnelles dans ce gouvernement. Car dans ce pays, l'opposition fait partie du gouvernement.

Deminor espère que la volonté du gouvernement de régler en 2017 le dossier Arco se traduira en actions concrètes, "contrairement aux précédentes" déclarations de l'exécutif fédéral, réagit lundi le cabinet de conseil pour investisseurs. Il qualifie toutefois cette annonce de "pas dans la bonne direction".

À en croire le quotidien De Morgen, le premier ministre Charles Michel (MR) doit s'attendre à un été très difficile pour le gouvernement fédéral. Ce dernier devra, en effet, faire face à un nombre important de dossiers particulièrement compliqués.