Tout sur Antisémitisme

Le 25 novembre, le directeur de Human Rights Watch a été expulsé du pays par Israël en raison de son appel présumé au boycott. Cela s'inscrit dans une tendance plus large à réduire au silence les voix critiques de la politique israélienne. Particulièrement visé, le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) est souvent qualifié d'antisémite. Une évolution inquiétante comme le soulignent dans une lettre ouverte une centaine de citoyens, d'académiques, juifs ou non juifs, engagés contre l'antisémitisme.

L'antisionisme radical tient bien de l'antisémitisme de par ses appels à la théorie du complot et ses représentations fantasmatiques du sioniste, explique l'historien Joël Kotek.

"Les plus fervents supporters actuels du sionisme sont des personnages qui n'ont jamais caché leur aversion pour les Juifs", constate Henri Goldman, de l'Union des progressistes juifs de Belgique. "Se focaliser sur les étiquettes conduit à des amalgames absurdes ".

L'agression contre le philosophe Alain Finkielkraut repose la question de l'antisionisme comme déclinaison de l'antisémitisme. Pour le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA), Joël Rubinfeld, "être antisioniste revient à nier le droit à l'existence d'un Etat juif", ce qui relève de l'antisémitisme.

Emmanuel Macron est attendu mardi après-midi à Quatzenheim où quelque 80 tombes d'un cimetière juif alsacien ont été découvertes profanées, le jour même où la France se lève pour dire "Ça suffit !" après la multiplication des actes antisémites.

Les "gilets jaunes" ne sont "pas antisémites en tant que mouvement", estime le directeur de l'Observatoire des radicalités Jean-Yves Camus, qui pointe en revanche "des responsabilités individuelles" et met en garde contre "l'antisionisme" qui peut dans certains cas mener à l'antisémitisme, lundi dans un entretien à l'AFP.

Diamantaire anversois, juif athée et rescapé de la Shoah, Arthur Langerman est devenu le plus grand collectionneur de pièces antisémites au monde. Une obsession qui relève moins d'une curiosité masochiste que d'un besoin de comprendre et de s'approprier son passé. En faisant don de sa collection à un institut de recherche sur l'antisémitisme, il espère participer à la sensibilisation des jeunes générations.

Pour le politologue Jérôme Fourquet, les récentes attaques antisémites, dont le meurtre de Mireille Knoll à Paris, révèlent une haine du quotidien qui se banalise.