Tout sur anti-terrorisme

Sur un total de 262, 108 communes wallonnes n'ont pas encore de cellule antiterrorisme pour détecter les personnes vulnérables tentées par le radicalisme, selon les informations de Sudpresse développées mercredi. C'est pourtant une obligation depuis le 24 septembre.

Dans le prolongement du plan "anti-terrorisme" lancé par le gouvernement, le chef de groupe MR à la Chambre Denis Ducarme, le député fédéral libéral Philippe Pivin et le chef de groupe MR au parlement bruxellois Vincent De Wolf veulent lancer un numéro vert national à disposition de toute personne qui s'inquiéterait de signes de radicalisation d'un membre de son entourage, rapporte La Dernière Heure vendredi.

Si la présence de militaires dans les rues peut se justifier de manière temporaire par des circonstances exceptionnelles, la réponse ne se trouve pas là mais mais dans la cohésion sociale, a souligné lundi la co-présidente d'Ecolo, Emily Hoyos, à propos des mesures annoncées par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme.

L'un des deux personnes arrêtées samedi à Athènes, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat terroriste déjoué en Belgique, pourrait finalement avoir un lien avec l'affaire, a indiqué dimanche soir le parquet fédéral, revenant sur ce qu'il avait laissé entendre plus tôt dans la journée. Il y a assez d'éléments pour demander une extradition vers la Belgique, a déclaré un porte-parole du parquet fédéral.

Les deux djihadistes abattus jeudi à Verviers provenaient de Molenbeek, où deux perquisitions ont eu lieu dimanche matin dans le cadre de cette même affaire, a indiqué dimanche la bourgmestre de Molenbeek, Françoise Schepmans, à l'agence Belga, confirmant une information de la RTBF.

L'enquête sur la cellule djihadiste démantelée cette semaine en Belgique a rebondi samedi avec l'arrestation de quatre hommes à Athènes, même s'il n'est pas encore établi que le chef présumé du réseau djihadiste figure parmi ces suspects. Le parquet fédéral n'a pas souhaité faire de commentaires samedi soir.

Quelque 150 militaires, soit l'équivalent d'une compagnie, provenant du bataillon de Chasseurs ardennais et du 3ème bataillon parachutiste, sont déployés depuis samedi matin pour protéger "statiquement" une quinzaine de sites sensibles à Bruxelles et à Anvers, un nombre appelé à doubler au cours de la semaine prochaine, ont indiqué les principaux responsables du ministre de la Défense.

L'Europe compte une vingtaine de cellules terroristes dormantes qui comprennent, ensemble, de 120 à 180 individus prêts à frapper la Belgique, les Pays-Bas, la France et l'Allemagne, a indiqué vendredi une source des services de renseignements occidentaux à la chaîne américaine CNN.

Jusqu'à 300 militaires seront progressivement déployés à partir de ce samedi à Bruxelles et Anvers. Mais ils pourront l'être aussi à Verviers et dans d'autres endroits, a indiqué le porte-parole du Premier ministre Charles Michel dans un communiqué transmis à l'issue du Comité ministériel restreint convoqué vendredi soir, à la suite du relèvement du niveau de la menace passant de deux à trois sur une échelle de quatre.