Tout sur ankara

Le gouvernement turc a annoncé samedi l'échec de la tentative de putsch qui a fait au moins 265 morts, mais des tensions persistaient comme en témoignaient l'appel lancé par le président Erdogan à la poursuite de la mobilisation de ses sympathisants et la quasi-fermeture d'une importante base aérienne.

Le bilan encore provisoire du double attentat qui a visé samedi à Ankara un rassemblement pour la paix organisé par l'opposition se monte à au moins 86 morts, a annoncé le ministre turc de la Santé Mehmet Müezzinoglu. "Il existe de fortes preuves montrant que cette attaque a été perpétrée par deux kamikazes", a affirmé le Prelier ministre.

Le Premier ministre islamo-conservateur turc Ahmet Davutoglu a annoncé jeudi l'échec des négociations avec l'opposition pour former un gouvernement de coalition, indiquant que des élections anticipées étaient "fort probables".

L'armée syrienne a mis mercredi fin à plusieurs semaines de siège autour de sa base de Cheikh Souleimane dans le nord, en grande partie tenu par les rebelles et proche de la Turquie qui a officiellement demandé à l'Otan de déployer des Patriot sur son sol.

L'armée turque a bombardé jeudi matin des positions de l'armée syrienne à la frontière entre les deux pays, en représailles à des tirs d'obus syriens qui ont tué 5 civils turcs mercredi dans un village frontalier, a indiqué une source de sécurité.

Entamées en 2005, les négociations pour une adhésion turque à l'UE avancent au ralenti notamment à cause de l'opposition de certains pays. La Turquie n'est pas mûre pour intégrer l'Union européenne, a estimé le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle, dans un entretien au quotidien allemand Bild aujourd'hui. Dans le même temps, le Premier ministre britannique David Cameron a exprimé sa "colère" face aux entraves à l'adhésion de la Turquie, lors d'une visite officielle à Ankara.