Tout sur Anderlecht

Un terroir, c'est quoi ? Et si c'était, tout autant que ce qu'on produit, les souvenirs qui y sont rattachés, les moments passés, et ceux qui se profilent à l'horizon : la vie est belge, croyez-moi.

Les six polices de la région bruxelloise annoncent ce vendredi qu'elles contrôleront plus particulièrement le port du masque durant le week-end, mais aussi le respect des heures de fermeture et de la distanciation sociale dans les commerces et les établissements horeca. Des contrôles renforcés ont été mis en oeuvre cette semaine à la suite des annonces du Conseil national de Sécurité.

Après avoir suscité des symptômes de dépression ou d'anxiété, l'expérience de la pandémie va laisser des traces à plus long terme chez les jeunes. Les deux urgences : enrayer le repli sur soi exacerbé par la crise et restaurer leur engagement sociétal.

La Première ministre, Sophie Wilmès, a annoncé les nouvelles mesures pour le 1er juillet et balisé l'été. Le port du masque ne sera pas obligatoire dans les magasins. Les bulles personnelles seront élargies à 15 personnes. Cinémas, théâtres, événements sportifs... autorisés. Les manifestations exérieures permises avec un public de 400 personnes, 200 à l'intérieur.

Le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, a insisté dimanche sur le respect des règles en vigueur pour lutter contre l'épidémie de covid-19 à la suite des rassemblements nocturnes constatés à Ixelles et à Anderlecht.

Le bourgmestre d'Anderlecht, Fabrice Cumps (PS), ne prendra a priori aucune mesure particulière pour empêcher les rassemblements de personnes dans sa commune, considérant celui survenu samedi soir comme un cas isolé, a-t-il indiqué dimanche à l'agence Belga. "Notre situation est différente de celle d'Ixelles, où les rassemblements ont été récurrents ces derniers jours", a commenté M. Cumps.

Le président libéral, Georges-Louis Bouchez, ironise. Les réactions fusent sur les réseaux sociaux. L'acte fait suite à la dénonciation de violences contre la police par M. Bouchez. Un reflet de la polarisation du débat politique?

Le bourgmestre d'Anderlecht Fabrice Cumps (PS) reconnaît que ce n'est pas toujours facile pour la police d'intervenir dans sa commune. Dans une vidéo partagée notamment par le syndicat libéral de la police, on aperçoit des policiers en intervention recevoir des coups de la part de riverains. Le bourgmestre défend la police et souligne qu'elle suit les instructions visant à combattre les délits sur le territoire anderlechtois.