Tout sur Allemagne

Le professeur en biostatistique, Geert Molenberghs, a dénoncé, samedi lors d'une conférence scientifique de la Koninklijke Academie voor Geneeskunde (Académie royale de Médecine), le manque d'"informations cruciales" disponibles sur les voyageurs de retour d'un pays. En cause selon lui: la fragmentation des pouvoirs en Belgique.

Alors que le coronavirus a contaminé plus de cinq millions de personnes en Europe, la tendance est au resserrement de vis sur le vieux continent. Partout, sauf en Belgique. Ici les règles ont même été allégées. De quoi susciter l'étonnement, même en dehors de nos frontières. Le point sur les critiques et sur ce qui se passe ailleurs.

Paul Erker, un historien mandaté par Continental, a établi que l'équipementier a été "l'un des piliers de la machine de guerre" hitlérienne. Toutes les entreprises allemandes ou presque se soumettent à cette introspection. Aussi par intérêt.

Des chercheurs, dont des Belges, ont observé comment s'adaptent les chimpanzés, primates les plus proches de l'homme. Leur conclusion : c'est l'imprévisibilité qui développe le cerveau. Un chemin emprunté il y a bien longtemps mais qui reste le mécanisme de survie des primates, humains ou non humains.

Notre Soleil a entamé un nouveau cycle de 25 ans, ont déclaré mercredi des scientifiques. Ils prédisent une période plus intense en apparition de taches solaires et en éruptions.

L'Allemagne est confrontée à l'empoisonnement du leader de l'opposition russe Alexander Navalny. La chancelière Angela Merkel est de plus en plus sollicitée par l'opposition et son parti pour augmenter la pression sur la Russie. Son prédécesseur, Gerhard Schröder, qui travaille pour les Russes, rend la question encore plus compliquée.

Pour une première fois depuis la réunification, l'Allemagne a testé ses systèmes d'alertes et stratégies de communication pour avertir les citoyens en cas de catastrophe. Jeudi 10 septembre à 11h précises, de nombreuses sirènes n'ont pas sonné, et les applications ont notifié en retard, rapportent les quotidiens allemands.

Chauffer des bâtiments et des habitations est énergivore. Une solution pour consommer moins serait d'utiliser la chaleur humaine. De blocs d'appartements à des hôpitaux, les idées fleurissent, montre un reportage de la BBC.