Tout sur alimentation

Manger cinq fruits et légumes par jour, éviter les graisses, les colorants, les additifs, les conservateurs et bannir la nourriture industrielle sont autant de règles que peuvent s'imposer les personnes souffrant d'orthorexie. Mais manger sain peut-il vraiment devenir pathologique ?

"La tendance attendue est une augmentation de la consommation mondiale de viande de 1,6% par an lors des dix prochaines années", a estimé l'agroéconomiste belge Erik Mathijs, citant des chiffres récents de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

"Notre alimentation bon marché est une illusion", écrit Sarah Van Liefferinge du Parti Pirate. "Dans le monde entier, nous sommes trompés par une poignée de grands joueurs qui manipulent les prix de l'alimentation et les conditions de travail, et même nos schémas alimentaires. Une évolution terrifiante".

Les amateurs de plats riches en fritures et de charcuteries accompagnés de boissons sucrées voient leur risque de développer une pathologie cardiovasculaire augmenter de 56% par rapport à ceux qui optent pour d'autres menus, selon une nouvelle étude menée aux Etats-Unis et publiée lundi.

Née dans la foulée de la crise de la dioxine, l'Agence pour la sécurité de la chaîne alimentaire passe pour la (trop) bonne élève de la classe européenne. En tout cas auprès des petits producteurs qui trinquent. En contrepartie, les Belges vont bien, merci.

Les premiers résultats de l'enquête Nutrinet, qui collecte les habitudes alimentaires de 5.000 citoyens, montrent que le "nutrinaute" consomme plus de fruits et légumes que la moyenne, mais il reste en déficit de produits laitiers notamment, dévoile Le Soir lundi.

Après avoir lu le témoignage d'une mère de famille sans emploi qui ne pouvait dépenser que 2,5 euros par jour et par personne en alimentation, la journaliste culinaire néerlandaise Loethe Olthuis a décidé de tenter l'expérience pendant trente jours. Son récit est rapporté par le quotidien néerlandais De Volkskrant.

Interrogée par le quotidien britannique The Daily Mail, la nutritionniste Sarah Flowers réhabilite une série d'aliments entachés d'une mauvaise réputation. Selon elle, il est grand temps de recommencer à manger de "vrais aliments" tels que le lait entier, le beurre de cacahuète, le café, etc. à condition de les consommer sous leur forme "pure".

Le sucre est partout, des sauces tomate aux charcuteries: pour rehausser une saveur ou une couleur, à des fins de conservation et par souci d'économies, ce qui le rend difficilement remplaçable dans l'alimentation industrielle.

L'Union des Agricultrices wallonnes (UAW) a plaidé vendredi à Gembloux pour la limitation des pertes agricoles et du gaspillage alimentaire tout le long de la chaîne de production, thème de l'assemblée annuelle en référence à l'année européenne 2014. Quelque 280 personnes étaient présentes.

Une équipe de chercheurs internationaux s'est penchée sur les habitudes alimentaires à travers le monde. L'étude, qui a duré une dizaine d'années, place la Belgique dans les plus mauvais élèves.