Tout sur Alexis Deswaef

La police de Bruxelles-Ixelles estime "correcte" l'intervention policière dont a fait l'objet la compagne du chanteur Arno, Sophie Dewulf, sur base des éléments actuellement à sa disposition, a indiqué samedi un porte-parole de la zone de police. Il précise qu'en l'absence de nouveaux éléments portés à la connaissance de la police, la zone ne fera plus de commentaires sur ce contrôle.

Sophie Dewulf, la compagne du chanteur Arno, a déposé plainte vendredi après-midi pour "violences policières et racisme" auprès du procureur du Roi de Bruxelles, a annoncé son avocat Alexis Deswaef. Elle dénonce un contrôle abusif et musclé qui a eu lieu à proximité de leur domicile dans le centre de Bruxelles, dimanche vers 15h15, en marge de la manifestation Black Lives Matter (BLM). Un riverain a filmé la scène.

Environ 5.500 personnes se sont rassemblées dimanche midi à Bruxelles pour la "marche contre Marrakech", organisée à l'appel d'associations de droite et d'extrême-droite flamandes opposées au pacte de l'ONU sur les migrations, a indiqué vers 13h00 la police bruxelloise. La contre-manifestation d'ONG et d'organisations de gauche a, elle, réuni environ un millier de militants.

Des perquisitions ont été menées dimanche aux domiciles de quatre hébergeurs de migrants à Saint-Gilles, Watermael-Boitsfort et Nandrin. Parmi eux, deux femmes ont été interpellées, présentées à un juge d'instruction et relâchées, indiquait en fin de journée la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Quinze migrants ont été arrêtés et deux d'entre eux ont été remis en liberté.

Le président de la Ligue des droits de l'Homme Alexis Deswaef accuse, sur la base d'un "témoignage digne de foi", le cabinet du secrétaire d'Etat Theo Francken de s'être servi de l'Office des étrangers pour rendre public, à des fins politiques partisanes, le dossier de la famille de la petite Mawda, tuée par un policier à la suite d'une course-poursuite.

Environ 600 personnes, selon l'estimation finale de la police de Bruxelles-Ixelles sur place, se sont rassemblées mercredi en fin d'après-midi devant le Palais de justice de Bruxelles pour dénoncer la politique migratoire du gouvernement fédéral, au nom de Mawda, l'enfant de 2 ans tuée par balle dans une camionnette transportant des migrants kurdes prise en chasse par la police.

Le rapport 2017-2018 de la Ligue des droits de l'Homme (LDH), publié jeudi, se focalise sur trois thématiques: la politique migratoire, l'évolution des droits économiques, sociaux et culturels et l'état de la Justice. Faisant état de ce qui a été fait en faveur des droits humains, le texte pointe aussi une série de défis à relever.

Une grosse opération de la police fédérale est prévue ce dimanche à 20h00 pour interpeller des migrants dans la zone de la gare du Nord et du parc Maximilien, a-t-on appris à bonne source. L'intervention est prévue après la distribution des repas qui a lieu sur l'esplanade de la gare du Nord.

La commission de l'Intérieur de la Chambre examinera mardi après-midi le projet de loi qui autorise les visites domiciliaires en vue d'arrêter une personne en séjour illégal. Fruit d'un compromis, le texte impose le détour par un juge d'instruction. Il n'en demeure pas moins une étape de plus dans la criminalisation des sans-papiers, dénoncent les défenseurs des droits de l'homme.

Des rapports administratifs relatifs à des réunions impliquant notamment l'Office des étrangers, les SPF Intérieur (police fédérale) et Justice, la zone de police Bruxelles-Ixelles font état d'objectifs chiffrés de migrants à arrêter au parc Maximilien. Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon dément.