Tout sur Alexander De Croo

Face à la détérioration de la situation épidémiologique dans notre pays, le comité de concertation n'a procédé à aucun assouplissement des règles sanitaires. "En pleine tempête, il ne faut pas décoller", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

"Pour le moment, les voyages non essentiels doivent être restreints": les dirigeants des 27 États membres de l'Union européenne ont souligné jeudi soir, dans une déclaration commune, qu'il n'est pas encore temps pour l'Europe de relâcher la bride dans son combat contre le coronavirus.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) a appelé tant les responsables politiques que la population à garder leur sang-froid, à la veille d'un nouveau comité de concertation qui évaluera les mesures sanitaires. "Nous ne pouvons pas céder aujourd'hui aux sirènes de la tentation de prendre des décisions téméraires et irréfléchies", a-t-il déclaré. La perspective d'un déconfinement en avril-mai "n'est pas une perspective vague", a-t-il ajouté.

Si l'adhésion de la population n'est pas reprise dans les modèles statistiques, elle est fondamentale à leur réalisation. Et pour la garder encore un peu, il va falloir desserrer un minimum l'étreinte. Comment? Pour qui? Par où commencer? Ce sera aux politiques de le décider. Et de choisir que la variable humaine fasse pleinement partie de l'équation. L'édito d'Anne-Sophie Bailly, rédactrice en chef du Vif.

Le Premier ministre dispose d'un cabinet composé de cinquante personnes : 48 néerlandophones et 2 francophones. Alexander De Croo (Open VLD) n'est pas le seul ministre à privilégier les services de collaborateurs parlant la même langue mais, chez lui, ce déséquilibre linguistique est flagrant.