Tout sur Alain Mathot

Ogeo Fund, le fonds de pension d'Enodia (ex-Publifin), fait l'objet d'un rapport d'inspection très sévère de la FSMA, le gendarme financier. Prêt illégal, investissements trop risqués, contrôle défaillant des sous-traitants, conflits d'intérêts: les cadavres se bousculent dans les placards d'Ogeo. Et des dizaines de millions sont partis en fumée.

Le parquet a requis jeudi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 2 ans de prison avec sursis contre Alain Mathot, suspecté de faits de corruption dans le cadre de la construction de l'incinérateur de déchets à Herstal. Il a également sollicité une interdiction d'éligibilité de 8 ans, une interdiction de commercialité de 5 ans, une amende et une confiscation de minimum 720.000 euros.

Des documents que Le Vif/L'Express et le site d'information Apache ont pu consulter montrent comment Erik Van der Paal - protégé du président de la N-VA, Bart De Wever - et son partenaire Marc Schaling se sont versés pendant six ans des millions d'euros provenant de Land Invest Group, alors filiale immobilière à 50% du fonds de pension liégeois Ogeo Fund.

En quatre ans, la direction de Land Invest Group a dépensé plus de 720.000 euros en "frais de bouche". Un quart de ce budget astronomique a été déboursé au restaurant anversois étoilé 't Fornuis. Tout cela avec l'argent des pensionnés du fonds liégeois Ogeo Fund. Qui a laissé faire ses partenaires flamands.

A la veille du scrutin communal, le ciel est tombé sur la tête des socialistes liégeois. Miné par des accusations de corruption, Alain Mathot se retire de la vie politique. Seraing la rouge vit peut-être ses dernières semaines.

Et dans trois mois, les premiers verdicts sans appel pour les partis détenteurs de pouvoir depuis 2014. Le 14 octobre, le scrutin ne concerne que l'échelon communal mais aucun autre n'est survenu depuis l'installation des différents exécutifs actuels.

La section de Seraing du PS a voté mardi soir pour que la première place de la liste socialiste aux prochaines élections communales soit attribuée à Laura Crapanzano, indique mercredi le quotidien La Meuse. Cette licenciée en sciences politiques, âgée de 28 ans, succède donc à Alain Mathot pour conduire les candidats dans la perspective des élections du mois d'octobre.

Inculpé fin 2011 pour corruption, Alain Mathot était le grand absent du procès Intradel qui vient de s'achever à Liège. Protégé en 2016 par la N-VA, le député-bourgmestre PS de Seraing n'est pas pour autant tiré d'affaire. Zoom sur ses dépenses et sa défense.

Le ministère public réclame la confiscation de 134,6 millions d'euros à 18 personnes poursuivies dans l'affaire Intradel, dont le procès reprend ce mardi devant le tribunal de première instance de Liège. À cet impressionnant montant s'ajouteront des peines d'emprisonnement et/ou des amendes individuelles qui doivent être requises oralement mercredi par le parquet.

Protégé par la N-VA et l'Open VLD, Alain Mathot (PS) ne sera pas du procès Inova - Intradel qui débute le 5 décembre à Liège, malgré les lourdes charges qui pesaient sur lui, dont la corruption passive et l'organisation criminelle. Enquête sur un scandale parlementaire éclipsé par les attentats du 22 mars 2016.

Les relevés téléphoniques d'Alain Mathot et de son corrupteur présumé Philippe Leroy révèlent que les deux hommes ont eu 71 contacts entre 2006 et 2008. Sur cette période, Leroy affirme avoir remis à Mathot une douzaine d'enveloppes de cash, pour un total de 700.000 euros, dans des hôtels à Paris. Le député-bourgmestre a payé avec sa carte Visa huit séjours express dans de tels hôtels, et a eu des contacts avec Leroy durant quatre de ces séjours.