Tout sur Alain Hubert

Une personnalité dévoile ses oeuvres d'art préférées. Celles qui, à ses yeux, n'ont pas de prix. Pourtant, elles en ont un. Elles révèlent aussi des pans inédits de son parcours, de son caractère et de son intimité. Cette semaine : l'explorateur Alain Hubert.

Le fondateur et président de la Fondation polaire internationale, Alain Hubert, a été inculpé dans la discrétion il y a un an pour prise illégale d'intérêts, rapportent La Libre Belgique et La Dernière Heure mercredi, au lendemain de la perquisition au cabinet de Zuhal Demir (N­-VA), secrétaire d'Etat à la Politique scientifique.

Les documents recherchés ont été saisis par les enquêteurs mardi lors des perquisitions concernant la Fondation polaire menées au cabinet de la secrétaire d'Etat en charge de la Politique scientifique Zuhal Demir, indique le parquet de Bruxelles. Ce dernier précise que la secrétaire d'Etat n'est pas visée dans le cadre de la procédure en cours.

L'Etat belge a conclu un accord avec la Fondation polaire internationale ("International Polar Foundation", IPF) sur la reprise à 100% de la station princesse Elisabeth en Antarctique pour un montant de 4,5 millions d'euros, a annoncé vendredi la secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, Zuhal Demir.

Les avocats de la Fondation polaire internationale (IPF) ont introduit mercredi devant le tribunal de commerce de Bruxelles une action en cessation contre l'Etat belge, rapporte L'Echo. Ces nouvelles poursuites visent à protéger les droits intellectuels que la fondation, dirigée par l'explorateur Alain Hubert, estime détenir sur la station.

La secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, Elke Sleurs (N-VA), a intenté une action pour réclamer 300.00 euros à l'explorateur Alain Hubert, qui n'aurait pas rendu tout le matériel dont il s'est emparé en se rendant illégalement à la station polaire Princesse Elisabeth avant l'arrivée de l'équipe envoyée par la Politique scientifique, indiquent samedi les journaux de Mediahuis.

Alain Hubert et ses collaborateurs ont décidé de restituer à l'équipe belge occupant la station polaire Princesse Elisabeth, l'ensemble du matériel qui avait été mis à disposition par la Fondation Polaire Internationale (IPF) pour compléter la construction d'une nouvelle piste d'atterrissage internationale à 60 km de la station, et ce afin de respecter les récentes décisions de justice.