Tout sur Ahmed Laaouej

Le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, ne dit pas clairement "non" à une alliance du PS avec la N-VA au niveau fédéral, mais a fortement critiqué dimanche en télévision l'attitude des nationalistes flamands dans le cadre du "superkern" et mis en doute la possibilité de travailler de manière responsable et constructive avec eux.

La Chambre a approuvé mercredi en séance plénière une motion d'ordre du chef de groupe PS Ahmed Laaouej, cosignée par le sp.a, les écologistes, le cdH et DéFI proposant au gouvernement orange-bleu de présenter son nouveau programme et chercher la confiance du parlement au plus tard mardi. La N-VA a soutenu la demande.

L'Organe de Coordination et d'Analyse de la Menace (OCAM) n'avait pas inscrit Schild&Vrienden dans les organisations à risque, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, devant les commissions de la Justice et de l'Intérieur de la Chambre. Ce groupe d'extrême droite avait toutefois déjà été remarqué par la police en 2017 et était suivi depuis la même année par la Sûreté de l'Etat. Son fondateur, Dries Van Langenhove, l'était depuis 2012, a précisé le ministre de la Justice, Koen Geens.

Le Premier ministre Charles Michel a mis en avant mardi la capacité de son gouvernement à mener des réformes. Selon lui, l'accord auquel il est parvenu au cours de la nuit sur le budget 2019 et une série d'autres dossiers le démontre. Pour le PS, cet accord fait payer aux plus précarisés la mauvaise gestion de l'exécutif. Ecolo dénonce lio de "vieilles recettes".

Plusieurs députés socialistes ont déposé une proposition de loi visant à faire passer le salaire minimum à 14,87 euros brut par heure. Actuellement, celui-ci s'élève à 9,65 euros, un montant "clairement insuffisant pour faire face aux dépenses de la vie courante", selon le président Elio Di Rupo, Laurette Onkelinx, Ahmed Laaouej et Frédéric Daerden.

Le Premier ministre Charles Michel a peu goûté l'appréciation portée par son prédécesseur Elio Di Rupo à l'encontre du gouvernement, requalifiant le slogan 'jobs, jobs, jobs' en 'misère, misère, misère'. "Ce type de propos émanant de quelqu'un qui a exercé les plus hautes responsabilités au sein du gouvernement ne renforce pas la crédibilité de leur auteur", a-t-il indiqué.

La Chambre a adopté vendredi en séance plénière la réforme de l'impôt des sociétés. Les socialistes, le PTB et DéFI ont voté contre le texte de la majorité qui a recueilli l'abstention des écologistes, du cdH, du PP, Vuye&Wouters et le VB.

Les groupes de l'opposition à la Chambre sont prêts à accepter un retrait de la réforme de l'impôt des sociétés du vaste projet de loi de relance économique et un vote de celle-ci avant la fin de l'année, dès lors que le travail parlementaire puisse se poursuivre et que l'Union des Classes Moyennes (UCM), critique à propos de cette réforme, puisse être entendue.