Tout sur Agence fédérale de contrôle nucléaire

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) n'a pas détecté de problème majeur en Belgique dans ses mesures de la radioactivité. "La plupart du temps, la radioactivité d'origine artificielle est largement inférieure à la radioactivité d'origine naturelle, quand elle n'est pas tout simplement non-mesurable dans les échantillons", constate l'AFCN.

Le réacteur nucléaire Tihange 2 a été mis à l'arrêt dimanche, indiquent l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et Engie Electrabel, qui exploite la centrale située près de Huy.

Le réacteur de Tihange 2, à l'arrêt depuis le mois d'août, doit redémarrer dimanche à 23h00, selon un message publié sur le site "Transparency" d'Engie Electrabel. L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) l'a autorisé la semaine dernière.

Le réacteur nucléaire Doel 1 a été relancé lundi soir, après plus de dix mois de mise à l'arrêt, a confirmé l'exploitant du site, Engie Electrabel. Il s'agit d'une phase test, l'objectif étant de revenir à pleine capacité dans les prochains jours. Désormais, six des sept centrales belges produisent de l'électricité.

Les réacteurs nucléaires Doel 4 et Tihange 3 redémarreront bien mardi, premier jour de l'an, a indiqué lundi leur exploitant, Engie Electrabel. Quatre des sept réacteurs présents en Belgique seront alors opérationnels.

L'indisponibilité des réacteurs nucléaires Doel 1 et 2 a été prolongée. Le premier sera hors service jusqu'au 15 mars alors que le second devrait être opérationnel après le 28 janvier, a annoncé mardi l'exploitant Engie Electrabel. Les précédentes estimations du groupe tablaient sur une reprise fin janvier pour Doel 1 et fin décembre pour Doel 2. Le redémarrage de Tihange 3 pourrait par contre être avancé.

Le réacteur nucléaire Doel 4 sera à nouveau couplé au réseau électrique dès ce jeudi soir, avec deux jours d'avance sur le planning, indique jeudi Engie Electrabel, qui exploite la centrale. L'unité, d'une capacité de 1.000 MW, devrait atteindre sa pleine puissance d'ici le week-end.

Le retour progressif des unités nucléaires sur le réseau se poursuit, indique mardi Engie Electrabel. Les travaux sur Doel 1 prendront plus de temps que prévu. Ils devraient porter l'indisponibilité de la centrale du 10 décembre 2018 au 31 janvier 2019. A l'inverse, Tihange 3 pourrait revenir plus rapidement que prévu si la méthodologie d'action proposée par Electrabel est acceptée par l'AFCN. Tihange 1 a redémarré le 12 novembre en avance sur le planning initial.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) donne son feu vert au redémarrage de Tihange 1, annonce l'institution sur son site internet. Le réacteur nucléaire est à l'arrêt depuis le 13 octobre pour maintenance.

L'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) lance une campagne de sensibilisation à partir de lundi sur les risques liés au radon, deuxième cause de cancer du poumon en Belgique, après le tabac. Jusqu'au 31 décembre, les Belges pourront se procurer un détecteur pour mesurer leur exposition au radon.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), à qui une délégation d'associations citoyennes a remis une pétition d'un demi-million de signatures en faveur de la fermeture des réacteurs fissurés Tihange 2 et Doel 3, maintient sa position: "la sûreté de ces deux réacteurs est garantie", a affirmé vendredi le porte-parole du gendarme nucléaire, Sylvain Jonckheere.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a classé la situation consécutive à une fuite d'eau dans la partie nucléaire du réacteur de Doel 1 au plus bas niveau sur l'échelle internationale de dangerosité des événements impliquant des sources de rayonnement ionisants, annonce-t-elle mercredi. Il s'agit d'une "irrégularité sans incidence en termes de sûreté nucléaire". La fuite devra tout de même être réparée et d'autres travaux d'entretien effectués avant que le réacteur ne puisse être redémarré.

En moyenne, les Belges sont exposés annuellement à une dose de rayonnements ionisants de 4 mSv (millisievert), un chiffre en baisse (-1 mSv) par rapport à la précédente évaluation menée en 2010, indique l'Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) sur base de données recueillies en 2015.