Tout sur affaire Dutroux

Le juge d'instruction Jean-Marc Connerotte est admis à la retraite ce lundi 13 juillet, jour de ses 67 ans. Après l'ancien procureur du roi de Neufchâteau, Michel Bourlet, retraité depuis février 2009, c'est un autre magistrat, dont le nom reste lié à l'Affaire Dutroux, qui s'en va.

Il y a 20 ans, deux fillettes disparaissaient à Grâce-Hollogne, en région liégeoise. Leurs corps sans vie seront retrouvés 14 mois plus tard. Face à une opinion publique plus remontée que jamais, l'affaire au retentissement inouï a révélé les nombreuses carences de l'appareil judiciaire.

Trois quarts des Belges estiment que les enfants ne sont pas plus en sécurité aujourd'hui qu'il y a vingt ans, lors de l'affaire Dutroux, et 80% pensent qu'on ne connaît pas toute la vérité sur ce dossier, ressort-il d'un sondage Ipsos Public Affaires relayé par Le Soir Magazine à paraître mercredi.

Devant lui, toutes les portes s'ouvrent. Tutoyant les ministres comme les journalistes, Jean-Denis Lejeune dispose d'un carnet d'adresses impressionnant. Et de l'audace du désespoir. Tout lui est-il dû pour autant ?

Au prime abord, on pourrait penser que l'annonce couplée du refus de la France de jouer la "poubelle" de l'affaire Dutroux, comme il se dit Outre-Quiévrain, en laissant un couvent accueillir Michelle Martin, d'une part, et celle que les démarches n'ont "même pas" été entreprises par la Belgique à cet effet, d'autre part, tiendrait du scandale. Or ce n'est pas le cas.

Le parquet général de Mons n'a pas introduit de pourvoi en cassation contre le jugement du tribunal d'application des peines sur la libération de Michelle Martin.

Le procureur général près la cour d'appel de Mons, Claude Michaux, rencontrera la presse ce mardi à 16h (dans son bureau, au 3ème étage des cours de justice, rue des Droits de l'homme n°1, à Mons) pour annoncer s'il introduit ou non un pourvoi en cassation contre la décision de libération de Michelle Martin.

Pourvoi en cassation ou pas, Michelle Martin reste en prison pour le moment, selon le ministre de la Justice. Pour Me Magnée, l'ancien avocat de Marc Dutroux, cette libération est toutefois inévitable.

Michel Nihoul, suspect célèbre de l'affaire Dutroux mais innocenté pour tous les faits dramatiques relatifs aux enfants, devait encore répondre, le 14 mai à Neufchâteau en chambre du conseil, d'un dossier périphérique reposant en partie sur les fantasmes diffamatoires de certains anciens accusateurs. Comme attendu, l'instance d'instruction lui a accordé un non-lieu total.