Tout sur Affaire Bettencourt

L'affaire Bettencourt s'est soudain emballée mercredi, avec la mise en examen par le juge Jean-Michel Gentil du photographe François-Marie Banier et de son compagnon, Martin d'Orgeval, et l'interpellation de l'ex-gestionnaire de fortune Patrice de Maistre qui comparaîtra jeudi devant un juge.

Un courrier saisi lors d'une récente perquisition prouve que l'actuel ministre français du Travail est bien intervenu, en mars 2007, auprès de Nicolas Sarkozy pour lui demander d'attribuer la Légion d'honneur à Patrice de Maistre, financier des Bettencourt... et grand donateur de la campagne présidentielle.

Déjà mis en cause dans l'affaire Bettencourt, le ministre français du Travail, Eric Woerth, est à nouveau soupçonné. Selon le journal Mediapart, il aurait menti sur ses revenus dans le cadre d'une demande de prêt pour sa campagne municipale en 2008.

Le gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal avait été une nouvelle fois placé en garde à vue, au lendemain de l'audition par la police du ministre du Travail Eric Woerth mis en cause dans la même affaire politico-fiscale, a-t-on indiqué de sources proches du dossier. La garde à vue a duré environ cinq heures.

La police française a commencé ce matin l'audition du ministre français du Travail, Eric Woerth, dans le cadre de l'affaire Bettencourt, l'affaire politico-financière où il est soupçonné de conflits d'intérêts.

L'héritière de L'Oréal a été entendue aujourd'hui à son domicile dans l'enquête sur le contenu des enregistrements clandestins, première étape d'une semaine-clé au cours de laquelle le ministre Eric Woerth doit également être auditionné, peut-être mardi.

L'ancienne comptable de la milliardaire Liliane Bettencourt a été convoquée par la police française qui cherche à vérifier ses déclarations au site d'information Mediapart. Elle avait suggéré la possibilité d'un financement illégal de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Mercredi soir, elle est en partie revenue sur ses dires.