Tout sur accident vasculaire cérébral

La pollution atmosphérique est devenu l'un des principaux facteurs de risque des accidents vasculaires cérébraux (AVC), notamment dans les pays en développement, selon une étude publiée vendredi dans la revue spécialisée The Lancet Neurology.

Lorsqu'un patient est hospitalisé pour un accident vasculaire cérébral (AVC), les médecins procèdent la plupart du temps à une thrombolyse qui consiste à injecter un produit capable de dissoudre rapidement le caillot de sang responsable de l'accident. Aujourd'hui, une nouvelle méthode commence à faire ses preuves : la thrombectomie.

D'après une étude menée par le service neurologique du CHU Dinant Godinne/UCL Namur, le traitement alliant revalidation motrice et stimulation cérébrale non invasive aurait des effets bénéfiques sur les patients victimes d'accident vasculaire cérébral.