Tout sur Absym

Philippe Devos a annoncé à ses confrères de l'Absym qu'il démissionne de ses mandats de président et d'administrateur de l'Absym fédéral. "Je ne veux pas mettre en péril ma vie professionnelle et ma vie familiale", confie l'anesthésiste au Journal du Médecin.

La vaccination contre la covid-19 a suscité beaucoup de réactions, dont une question : pourquoi ne pas se faire vacciner par son médecin traitant ? Les avis divergent. Pourtant, selon Philippe Devos, président de l'Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSYM), ce serait une solution à de nombreux obstacles rencontrés par les centres de vaccination.

Dans le cadre de la stratégie de la vaccination, les médecins généralistes jouent un rôle crucial dans l'identification des patients à haut risque. Cependant, certaines associations de médecins généralistes sont très insatisfaites de cette situation. Et à présent, la N-VA demande également que la priorité pour ces patients soit abandonnée. " Nous devons éviter le chaos ".

Les hôpitaux doivent pouvoir décider, de manière concertée, de reprendre les soins réguliers non urgents qu'ils jugent redémarrables à condition qu'un nombre minimal de lits Covid soient en permanence disponibles, soutient l'Association belge des syndicats médicaux (Absym) dans une lettre ouverte adressée jeudi au ministre fédéral de la Santé publique, Frank Vandenbroucke, et au commissaire du gouvernement chargé de la crise du coronavirus, Pedro Facon.

Cette semaine est cruciale : les hôpitaux sont débordés, les absences dans le personnel soignant se multiplient, alors que les établissements devront passer en phase 2A au plus tard la semaine prochaine. Le système hospitalier va-t-il tenir le coup ?

À la suite des nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du covid-19, dévoilées par le comité de concertation, le secteur de la santé s'impatiente et réclame des mesures plus strictes et plus efficaces. L'Association belge des syndicats médicaux (Absym), la fédération des établissements de soins Santhéa et le Collège de Médecine générale francophone de Belgique (CMG) réagissent.

Un sondage réalisé auprès des lecteurs du Journal du Médecin/Artsenkrant (jdM/Ak) révèle que près de six médecins sur dix qui s'estiment infectés par le SARS-CoV-2 continuent de travailler. Seulement 54% d'entre eux ont eu l'occasion de réaliser un test pour confirmer leur état.

Le docteur Jacques de Toeuf, président honoraire de l'Absym, pousse un cri contre l'impréparation, la panique, l'absence de moyens de protection, les menaces, les contrôles: 'Il est temps que nos professions s'insurgent fermement contre ces dérives."

"Le service d'aide d'urgence a pu solutionner les pénuries de médicaments temporaires rencontrées par les hôpitaux", affirment vendredi l'Agence fédérale pour les médicaments et produits de santé (AFMPS) et l'Association belge des Syndicats Médicaux (Absym) dans un communiqué commun. "L'ensemble des craintes des médecins" a pu être levée.