M. Ban "a demandé au représentant spécial conjoint (de l'ONU et de la Ligue arabe) de rester et il a accepté de rester", a déclaré à la presse le vice-secrétaire général de l'ONU Jan Eliasson. Ce dernier a salué comme "une bonne nouvelle" l'initiative lancée par Washington et Moscou. M. Ban a eu des entretiens téléphoniques séparés jeudi avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov et "plusieurs conversations" avec M. Brahimi mercredi et jeudi, a précisé M. Eliasson. Selon des diplomates à l'ONU, M. Brahimi avait fait part de sa décision de démissionner avant la fin du mois de mai devant l'impasse de sa médiation. M. Brahimi avait qualifié mercredi l'initiative américano-russe comme un "premier pas très important". Washington et Moscou espèrent pouvoir organiser d'ici à la fin mai une conférence internationale afin de trouver un règlement politique conforme à un accord conclu à Genève le 30 juin 2012 entre les grandes puissances. Cet accord ne précise cependant pas le sort du président syrien Bachar al-Assad et l'opposition syrienne continue de considérer son départ comme une condition préalable à toute discussion. Selon le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky, M. Ban a "félicité" jeudi MM. Kerry et Lavrov pour leur initiative et "encourage fortement toutes les parties à saisir cette occasion". L'ONU et M. Brahimi "vont intensifier leurs efforts à ce propos", a-t-il ajouté. (Belga)

M. Ban "a demandé au représentant spécial conjoint (de l'ONU et de la Ligue arabe) de rester et il a accepté de rester", a déclaré à la presse le vice-secrétaire général de l'ONU Jan Eliasson. Ce dernier a salué comme "une bonne nouvelle" l'initiative lancée par Washington et Moscou. M. Ban a eu des entretiens téléphoniques séparés jeudi avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov et "plusieurs conversations" avec M. Brahimi mercredi et jeudi, a précisé M. Eliasson. Selon des diplomates à l'ONU, M. Brahimi avait fait part de sa décision de démissionner avant la fin du mois de mai devant l'impasse de sa médiation. M. Brahimi avait qualifié mercredi l'initiative américano-russe comme un "premier pas très important". Washington et Moscou espèrent pouvoir organiser d'ici à la fin mai une conférence internationale afin de trouver un règlement politique conforme à un accord conclu à Genève le 30 juin 2012 entre les grandes puissances. Cet accord ne précise cependant pas le sort du président syrien Bachar al-Assad et l'opposition syrienne continue de considérer son départ comme une condition préalable à toute discussion. Selon le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky, M. Ban a "félicité" jeudi MM. Kerry et Lavrov pour leur initiative et "encourage fortement toutes les parties à saisir cette occasion". L'ONU et M. Brahimi "vont intensifier leurs efforts à ce propos", a-t-il ajouté. (Belga)