La victime avait notamment évoqué une scène où elle explique que le prévenu lui a touché la poitrine. Ce dernier reconnaissait les faits. "On jouait ensemble, on se taquinait...Elle ne voulait pas aller dormir et je lui ai fait 'pouet pouet'. Je regrette", avait expliqué le prévenu à la présidente du tribunal à l'audience du 28 février dernier. Les faits ne s'étaient pas limités à une seule scène. Selon son avocat, l'homme avait pris conscience de la gravité des faits et le risque de récidive était faible. Le tribunal est allé en ce sens en soulignant le caractère isolé des faits. Le tribunal a également tenu compte de l'absence d'antécédent du prévenu, de l'ancienneté relative des abus mais aussi de la personnalité du prévenu. C'est pourquoi, il bénéficie d'une suspension probatoire pour une durée de cinq ans. L'homme devra entre autres continuer son suivi psychologique, suivre une guidance sociale et ne plus entretenir aucun contact avec des mineur(e)s sans la présence d'un adulte. (PVO)

La victime avait notamment évoqué une scène où elle explique que le prévenu lui a touché la poitrine. Ce dernier reconnaissait les faits. "On jouait ensemble, on se taquinait...Elle ne voulait pas aller dormir et je lui ai fait 'pouet pouet'. Je regrette", avait expliqué le prévenu à la présidente du tribunal à l'audience du 28 février dernier. Les faits ne s'étaient pas limités à une seule scène. Selon son avocat, l'homme avait pris conscience de la gravité des faits et le risque de récidive était faible. Le tribunal est allé en ce sens en soulignant le caractère isolé des faits. Le tribunal a également tenu compte de l'absence d'antécédent du prévenu, de l'ancienneté relative des abus mais aussi de la personnalité du prévenu. C'est pourquoi, il bénéficie d'une suspension probatoire pour une durée de cinq ans. L'homme devra entre autres continuer son suivi psychologique, suivre une guidance sociale et ne plus entretenir aucun contact avec des mineur(e)s sans la présence d'un adulte. (PVO)