Patrons et syndicats doivent y prendre connaissance d'une série de pistes et propositions élaborées par la ministre de l'Emploi, Monica De Coninck (sp.a), et approuvées vendredi matin en comité ministériel restreint. Interrogée à son arrivée au Lambermont sur la teneur de ces propositions, la ministre est restée très discrète: "Il y a différentes pièces de puzzle dans ce dossier et nous devons trouver une solution équilibrée", a-t-elle plaidé. "Il faut tenir compte des travailleurs les plus faibles mais nous devons aussi penser à la compétitivité des entreprises", a-t-elle ajouté. Voilà des mois que les discussions sur l'harmonisation des statuts sont dans l'impasse. Les syndicats proposent d'élever le statut des ouvriers vers celui des employés, une solution jugée toutefois impayable par les patrons pour qui pareille mesure grèverait davantage le handicap salarial de la Belgique. Pour la ministre de l'Emploi, il est préférable que patrons et syndicats trouvent eux-mêmes une solution concertée. Un accord est attendu en théorie d'ici le 8 juillet prochain, échéance fixée il y a un an par la Cour constitutionnelle pour mettre fin aux discriminations existant entre employés et ouvriers. En cas de désaccord persistant entre partenaires sociaux, il reviendra alors au gouvernement de trancher le noeud gordien. (Belga)

Patrons et syndicats doivent y prendre connaissance d'une série de pistes et propositions élaborées par la ministre de l'Emploi, Monica De Coninck (sp.a), et approuvées vendredi matin en comité ministériel restreint. Interrogée à son arrivée au Lambermont sur la teneur de ces propositions, la ministre est restée très discrète: "Il y a différentes pièces de puzzle dans ce dossier et nous devons trouver une solution équilibrée", a-t-elle plaidé. "Il faut tenir compte des travailleurs les plus faibles mais nous devons aussi penser à la compétitivité des entreprises", a-t-elle ajouté. Voilà des mois que les discussions sur l'harmonisation des statuts sont dans l'impasse. Les syndicats proposent d'élever le statut des ouvriers vers celui des employés, une solution jugée toutefois impayable par les patrons pour qui pareille mesure grèverait davantage le handicap salarial de la Belgique. Pour la ministre de l'Emploi, il est préférable que patrons et syndicats trouvent eux-mêmes une solution concertée. Un accord est attendu en théorie d'ici le 8 juillet prochain, échéance fixée il y a un an par la Cour constitutionnelle pour mettre fin aux discriminations existant entre employés et ouvriers. En cas de désaccord persistant entre partenaires sociaux, il reviendra alors au gouvernement de trancher le noeud gordien. (Belga)