"Le nombre des personnes déplacées par la crise actuelle au Soudan du Sud est estimé à 81.000", a poursuivi le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un rapport. Des centaines de milliers d'autres personnes ont très probablement fui dans la brousse, faisant craindre une catastrophe humanitaire. Officiellement les combats qui frappent depuis un peu plus d'une semaine le Soudan du Sud ont fait 500 morts. Mais là encore, ce bilan est certainement largement sous-estimé, jugent des travailleurs humanitaires. A Bor, située à 200 km au nord de Juba, la situation est particulièrement sensible : l'armée affirme préparer une offensive pour reprendre la ville aux rebelles. "A Bor, la situation des 17.000 personnes réfugiées dans la base est problématique, le manque de nourriture et d'abris devient aigu", a encore poursuivi Ocha, faisant état de "pillages de masse de complexes humanitaires et de maisons de civils" dans la ville. Le Soudan du Sud est en proie à d'intenses combats depuis que le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président, limogé en juillet, de tentative de coup d'Etat il y a un peu plus d'une semaine. Riek Machar dément, accusant Salva Kiir de vouloir éliminer ses rivaux. (Belga)

"Le nombre des personnes déplacées par la crise actuelle au Soudan du Sud est estimé à 81.000", a poursuivi le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un rapport. Des centaines de milliers d'autres personnes ont très probablement fui dans la brousse, faisant craindre une catastrophe humanitaire. Officiellement les combats qui frappent depuis un peu plus d'une semaine le Soudan du Sud ont fait 500 morts. Mais là encore, ce bilan est certainement largement sous-estimé, jugent des travailleurs humanitaires. A Bor, située à 200 km au nord de Juba, la situation est particulièrement sensible : l'armée affirme préparer une offensive pour reprendre la ville aux rebelles. "A Bor, la situation des 17.000 personnes réfugiées dans la base est problématique, le manque de nourriture et d'abris devient aigu", a encore poursuivi Ocha, faisant état de "pillages de masse de complexes humanitaires et de maisons de civils" dans la ville. Le Soudan du Sud est en proie à d'intenses combats depuis que le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président, limogé en juillet, de tentative de coup d'Etat il y a un peu plus d'une semaine. Riek Machar dément, accusant Salva Kiir de vouloir éliminer ses rivaux. (Belga)