Le CSSD, qui considère le scrutin régional comme une sorte de référendum sur les réformes d'austérité du gouvernement, s'est imposé dans 9 des 13 régions et le KSCM a gagné dans deux régions, selon les résultats communiqués par l'office national des statistiques (CSU), après le décompte de 99,9% des voix. Le parti ODS de M. Necas a remporté une seule victoire, dans la région de Pilsen (ouest). "Les partis gouvernementaux ont subi une débâcle. Les citoyens ont donné un signal clair qu'ils n'étaient pas d'accord avec la politique gouvernementale", a déclaré le chef du CSSD Bohuslav Sobotka. M. Necas a reconnu sa défaite, la qualifiant de "conséquence des réformes gouvernementales" et rejetant les appels de la gauche à sa démission. "Aucun Premier ministre tchèque n'a jamais démissionné après la défaite aux régionales", a lancé M. Necas, dont le cabinet est ébranlé par plusieurs affaires de corruption. Les sociaux-démocrates se sont aussi imposés vendredi et samedi au premier tour des sénatoriales destinées à renouveler un tiers des 81 sièges au sein de la chambre haute du Parlement. Le taux de participation s'est chiffré à environ 30%. (GFR)

Le CSSD, qui considère le scrutin régional comme une sorte de référendum sur les réformes d'austérité du gouvernement, s'est imposé dans 9 des 13 régions et le KSCM a gagné dans deux régions, selon les résultats communiqués par l'office national des statistiques (CSU), après le décompte de 99,9% des voix. Le parti ODS de M. Necas a remporté une seule victoire, dans la région de Pilsen (ouest). "Les partis gouvernementaux ont subi une débâcle. Les citoyens ont donné un signal clair qu'ils n'étaient pas d'accord avec la politique gouvernementale", a déclaré le chef du CSSD Bohuslav Sobotka. M. Necas a reconnu sa défaite, la qualifiant de "conséquence des réformes gouvernementales" et rejetant les appels de la gauche à sa démission. "Aucun Premier ministre tchèque n'a jamais démissionné après la défaite aux régionales", a lancé M. Necas, dont le cabinet est ébranlé par plusieurs affaires de corruption. Les sociaux-démocrates se sont aussi imposés vendredi et samedi au premier tour des sénatoriales destinées à renouveler un tiers des 81 sièges au sein de la chambre haute du Parlement. Le taux de participation s'est chiffré à environ 30%. (GFR)