"Les services hydrographiques et océanographiques de la Marine ont annulé l'alerte de tsunami pour tout le territoire national", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Rodrigo Peñailillo, lors d'une conférence de presse. Le tremblement de terre de magnitude 8,2 a fait six morts - quatre hommes et deux femmes - à Iquique et Alto Hospicio, et plus de 900.000 personnes ont été évacuées dans la nuit sur plus de 4.300 km de côte. La Marine péruvienne a par ailleurs également levé l'alerte au tsunami sur le littoral péruvien déclenchée après le nouveau séisme au nord du Chili. Le séisme, enregistré à Iquique, au nord du Chili, avait activé une alerte au tsunami en territoire péruvien depuis Atico (province d'Arequipa) jusqu'à Tacna (à la frontière du Chili). Le 27 février 2010, le Chili avait déjà été dévasté par un séisme de magnitude 8,8, suivi d'un tsunami, faisant 523 morts et 24 disparus dans la région du centre-sud du Chili. Les dégâts avaient été estimés à hauteur de 30 milliards de dollars. (Belga)

"Les services hydrographiques et océanographiques de la Marine ont annulé l'alerte de tsunami pour tout le territoire national", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Rodrigo Peñailillo, lors d'une conférence de presse. Le tremblement de terre de magnitude 8,2 a fait six morts - quatre hommes et deux femmes - à Iquique et Alto Hospicio, et plus de 900.000 personnes ont été évacuées dans la nuit sur plus de 4.300 km de côte. La Marine péruvienne a par ailleurs également levé l'alerte au tsunami sur le littoral péruvien déclenchée après le nouveau séisme au nord du Chili. Le séisme, enregistré à Iquique, au nord du Chili, avait activé une alerte au tsunami en territoire péruvien depuis Atico (province d'Arequipa) jusqu'à Tacna (à la frontière du Chili). Le 27 février 2010, le Chili avait déjà été dévasté par un séisme de magnitude 8,8, suivi d'un tsunami, faisant 523 morts et 24 disparus dans la région du centre-sud du Chili. Les dégâts avaient été estimés à hauteur de 30 milliards de dollars. (Belga)