"Il s'agit d'une découverte remarquable", selon le VLIZ. Ces 25 dernières années, des os avaient déjà été retrouvés par hasard dans l'estuaire de l'Escaut occidental, notamment par des pêcheurs néerlandais qui ont attiré l'attention de paléontologues associés au Musée d'histoires naturelles de Rotterdam. Ces paléontologues ont alors inspecté le chenal Het Scheur pour effectuer des recherches complémentaires. En juillet dernier, ces experts et ceux du VLIZ ont effectué deux missions conjointes avec le navire de recherche du VLIZ, RV Simon Stevin.

Ils ont confirmé la présence de centaines de fossiles appartenant à au moins 50 morses du Pléistocène (de -2,58 millions d'années à -11.700 ans). C'est la colonie de morses située la plus au sud parmi celles du Pléistocène connues.

Depuis 1996, plusieurs restes de divers mammifères marins de l'Eocène ont également été retrouvés dans le chenal, probablement d'une espèce encore inconnue. Ils dateraient d'il y a 40 millions d'années.

Les recherches effectuées avec le navire RV Simon Stevin ont permis de dégager en outre huit restes de morses, des fragments d'os de chevaux sauvages, d'aurochs, de bisons des steppes et d'un chevreuil, sans compter les coquillages et un cône de conifère.

Tous ces matériaux vont bien entendus être analysés plus en profondeur. Des forages ciblés sont notamment prévus pour se faire une meilleure idée de la composition géologique et de l'étendue des couches où ont été trouvés les fossiles.

"Il s'agit d'une découverte remarquable", selon le VLIZ. Ces 25 dernières années, des os avaient déjà été retrouvés par hasard dans l'estuaire de l'Escaut occidental, notamment par des pêcheurs néerlandais qui ont attiré l'attention de paléontologues associés au Musée d'histoires naturelles de Rotterdam. Ces paléontologues ont alors inspecté le chenal Het Scheur pour effectuer des recherches complémentaires. En juillet dernier, ces experts et ceux du VLIZ ont effectué deux missions conjointes avec le navire de recherche du VLIZ, RV Simon Stevin. Ils ont confirmé la présence de centaines de fossiles appartenant à au moins 50 morses du Pléistocène (de -2,58 millions d'années à -11.700 ans). C'est la colonie de morses située la plus au sud parmi celles du Pléistocène connues. Depuis 1996, plusieurs restes de divers mammifères marins de l'Eocène ont également été retrouvés dans le chenal, probablement d'une espèce encore inconnue. Ils dateraient d'il y a 40 millions d'années. Les recherches effectuées avec le navire RV Simon Stevin ont permis de dégager en outre huit restes de morses, des fragments d'os de chevaux sauvages, d'aurochs, de bisons des steppes et d'un chevreuil, sans compter les coquillages et un cône de conifère. Tous ces matériaux vont bien entendus être analysés plus en profondeur. Des forages ciblés sont notamment prévus pour se faire une meilleure idée de la composition géologique et de l'étendue des couches où ont été trouvés les fossiles.