Si le spécimen a été daté à 18.000 ans, il est "étonnamment bien conservé" et ressemble à un "animal mort très récemment". Nommé Dogor, il a des dents de lait, une fourrure épaisse, des griffes et même des cils intacts. Le seul signe de décomposition significative se situe sur une partie de la colonne vertébrale qui a été exposée, à l'exception des côtes.

Les chercheurs de Stockholm l'ont découvert durant l'été 2018 dans une région isolée du nord-est de la Sibérie. Le chiot mâle semble être âgé d'environ deux mois au moment de sa mort. Si le spécimen reste en Russie, deux chercheurs ont ramené sa côte en Suède pour l'étudier. Ils ne savent d'ailleurs par dire avec certitude s'il s'agit d'un loup ou d'un chien, ou un témoin de la transition évolutive du loup au chien domestique. D'autres analyses et séquençages du génome seront effectués pour savoir où placer Dogor sur l'échelle de l'évolution canine.