La tempête de particules provoquée par une éruption solaire a commencé mardi et les vents avançant à très grande vitesse (de 100 km/seconde à 2.500 km/seconde) ont atteint l'atmosphère terrestre jeudi, selon l'agence américaine chargée de l'étude de l'atmosphère et des océans (Noaa).

Mais la tempête géomagnétique qui s'est produite au contact du champ magnétique terrestre n'a finalement été que de force un, le plus bas niveau sur une échelle allant de un à cinq. Elle n'a provoqué que de faibles perturbations des systèmes électriques et des communications, poussant simplement certains avions de ligne à voir leur itinéraire modifié, selon les autorités.

Les conditions ont toutefois empiré dans la nuit de jeudi à vendredi, les vents voyant leur intensité augmenter, et la tempête a été reclassée en niveau trois ("fort"), explique Bob Rutledge, responsable à la Noaa. "Nous sommes finalement en présence d'une tempête bien plus forte que prévu", a-t-il constaté vendredi.

Pour M. Rutledge, "bien que les fournisseurs d'électricité aient certainement constaté des perturbations sur leurs réseaux, ils ne devraient pas être dépassés par les événements".

Les vents étaient retombés dans la journée de vendredi pour redescendre au niveau 2 de l'échelle mais de nouvelles perturbations sont à attendre dimanche.

Le Vif.be, avec Belga

La tempête de particules provoquée par une éruption solaire a commencé mardi et les vents avançant à très grande vitesse (de 100 km/seconde à 2.500 km/seconde) ont atteint l'atmosphère terrestre jeudi, selon l'agence américaine chargée de l'étude de l'atmosphère et des océans (Noaa). Mais la tempête géomagnétique qui s'est produite au contact du champ magnétique terrestre n'a finalement été que de force un, le plus bas niveau sur une échelle allant de un à cinq. Elle n'a provoqué que de faibles perturbations des systèmes électriques et des communications, poussant simplement certains avions de ligne à voir leur itinéraire modifié, selon les autorités. Les conditions ont toutefois empiré dans la nuit de jeudi à vendredi, les vents voyant leur intensité augmenter, et la tempête a été reclassée en niveau trois ("fort"), explique Bob Rutledge, responsable à la Noaa. "Nous sommes finalement en présence d'une tempête bien plus forte que prévu", a-t-il constaté vendredi. Pour M. Rutledge, "bien que les fournisseurs d'électricité aient certainement constaté des perturbations sur leurs réseaux, ils ne devraient pas être dépassés par les événements". Les vents étaient retombés dans la journée de vendredi pour redescendre au niveau 2 de l'échelle mais de nouvelles perturbations sont à attendre dimanche. Le Vif.be, avec Belga