"Notre nez est une sorte de détecteur de changement ", déclare le psychologue Jasper de Groot au quotidien flamand De Morgen. "Quand nous sentons une nouvelle odeur, cette capacité de détection fonctionne bien. Mais si nous passons un long moment dans une même odeur, elle disparaît."

L'humain s'habitue généralement à une nouvelle odeur au bout d'une petite dizaine de minutes. Les molécules des odeurs se retrouvent à l'arrière de notre nez, où elles se lient à un récepteur. Dès qu'une odeur se lie au récepteur, elle envoie un signal à notre cerveau. S'il y a une exposition continue à une odeur spéciale, le récepteur est occulté et n'y est alors plus sensible.

Jasper de Groot en explique la raison : "Si nous considérons une odeur comme inoffensive, nous n'y prêtons plus attention. C'est un processus psychologique appelé 'habituation'. Dans notre maison, où nous restons longtemps, les odeurs ne posent aucun danger. Il en va de même, par exemple, pour un parfum ou une lotion après-rasage : si vous les portez tous les jours avec la même intensité, ils ne sont plus aussi intenses pour vous, alors que votre collègue le plus proche tombera presque dans les pommes."

Odeur dangereuse

Une étude américaine dans laquelle trois groupes de personnes ont été exposées à la même odeur a montré que les personnes testées restaient plus longtemps sensibles aux odeurs "dangereuses". Lors de cette étude, les chercheurs ont annoncé au premier groupe qu'il s'agissait d'une "odeur naturelle de forêt tropicale humide", au second qu'il s'agissait d'une "odeur normale de laboratoire" et au troisième, l'odeur a été définie comme "industrielle". Résultat : les personnes du troisième groupe ont continué à sentir l'odeur plus longtemps, ce qui signifie pour eux, qu'elle était potentiellement dangereuse.

Caro Verbeek, spécialiste des odeurs à la Vrij Universiteit Amsterdam en appelle à la " théorie de l'adaptation " du scientifique E.P. Köster : " Cela signifie que la perception spontanée et consciente de l'odorat n'a lieu que dans le cas d'odeurs qui sont frappantes, inconnues ou dangereuses ", explique-t-elle dans le quotidien flamand.

Comment est-ce alors possible qu'après de longues semaines passées en dehors de sa maison, en rentrant, on sente à nouveau une odeur spécifique, si cette dernière n'est pas considérée comme inconnue ou néfaste ? Jasper De Groot : "Il faut quelques semaines avant de nous débarrasser d'une habituation. C'est pour cette raison que l'on sent à nouveau l'odeur après quelques semaines de vacances."

Caro Verbeek va plus loin : "Entre-temps, vous avez senti beaucoup d'autres odeurs, et quand vous rentrez chez vous, vous pouvez alors à nouveau sentir l'odeur de votre maison. Normalement, cela se fait inconsciemment. Si je vous demande de décrire l'odeur de votre maison, vous n'y arriverez pas. Mais si je vous mets dans une pièce sombre, et que je vous laisse la sentir, alors, vous direz immédiatement : 'c'est ma maison'."