L'origine des rayures du zèbre fait depuis longtemps l'objet de débats au sein du monde scientifique.

Initialement, on supposait que ce motif offrait une meilleure protection contre les prédateurs de la savane. En 1979, le scientifique Jeffrey Waage émet une hypothèse selon laquelle le pelage du zèbre protégerait contre les insectes, mais aucune théorie n'avait jusqu'à maintenant pu prouver cette possibilité.

Les scientifiques hongrois et suédois ont effectué plusieurs expériences afin de voir comment les insectes réagissaient aux rayures. Plusieurs tests ont ainsi été menés dans une ferme hongroise avec des espèces de chevaux noirs, gris, blanc et rayé. A la surprise des chercheurs, les insectes se dirigeaient à peine vers les spécimens rayés.

"Nous concluons que les zèbres ont développé une peau qui attire moins les insectes suceurs de sang", écrivent les chercheurs. Les insectes suceurs sont nuisibles aux animaux, en partie parce qu'ils transmettent des maladies.

Le Vif.be, avec Belga

L'origine des rayures du zèbre fait depuis longtemps l'objet de débats au sein du monde scientifique. Initialement, on supposait que ce motif offrait une meilleure protection contre les prédateurs de la savane. En 1979, le scientifique Jeffrey Waage émet une hypothèse selon laquelle le pelage du zèbre protégerait contre les insectes, mais aucune théorie n'avait jusqu'à maintenant pu prouver cette possibilité. Les scientifiques hongrois et suédois ont effectué plusieurs expériences afin de voir comment les insectes réagissaient aux rayures. Plusieurs tests ont ainsi été menés dans une ferme hongroise avec des espèces de chevaux noirs, gris, blanc et rayé. A la surprise des chercheurs, les insectes se dirigeaient à peine vers les spécimens rayés. "Nous concluons que les zèbres ont développé une peau qui attire moins les insectes suceurs de sang", écrivent les chercheurs. Les insectes suceurs sont nuisibles aux animaux, en partie parce qu'ils transmettent des maladies. Le Vif.be, avec Belga