Bonne nouvelle pour les parents qui s'inquiètent constamment de savoir s'ils s'occupent bien de leurs enfants. Certains sont stressés par la peur de faire quelque chose de fondamentalement mal qui mettrait en danger l'avenir de leur progéniture. Ils peuvent respirer: selon des recherches scientifiques récentes, ce qu'ils font n'a pas vraiment d'importance. Oui, ils peuvent faciliter la vie de leurs enfants et orienter leur comportement dans la bonne direction, mais ils ne peuvent rien changer à la personnalité de leurs enfants. Si leurs enfants grandissaient avec d'autres parents, il y a de fortes chances qu'ils deviennent plus ou moins les mêmes personnes.
...

Bonne nouvelle pour les parents qui s'inquiètent constamment de savoir s'ils s'occupent bien de leurs enfants. Certains sont stressés par la peur de faire quelque chose de fondamentalement mal qui mettrait en danger l'avenir de leur progéniture. Ils peuvent respirer: selon des recherches scientifiques récentes, ce qu'ils font n'a pas vraiment d'importance. Oui, ils peuvent faciliter la vie de leurs enfants et orienter leur comportement dans la bonne direction, mais ils ne peuvent rien changer à la personnalité de leurs enfants. Si leurs enfants grandissaient avec d'autres parents, il y a de fortes chances qu'ils deviennent plus ou moins les mêmes personnes.Ce sont des découvertes qui risquent d'en heurter plus d'un, mais elles sont étayées par un travail scientifique solide. Par exemple, une étude parue dans la revue professionnelle Behavior Genetics révèle qu'"avoir des enfants sages" n'est pas un grand mérite des parents qui récompensent systématiquement et renforcent ainsi la bonne conduite. Il contient une importante composante génétique. Les enfants peuvent être sages par eux-mêmes, sans avoir à le devenir. Les enfants héritent de leurs parents une tendance dans leur comportement, même si cet héritage ne détermine pas tout. Les gènes donnent à une personne le potentiel de se comporter d'une certaine façon, mais on peut décider de se comporter différemment, que ce soit ou non sous la pression d'expériences ou d'autres conditions environnementales.Enfants d'argile Le principal promoteur de la thèse sur la relativité de la parentalité est le psychologue et généticien américain Robert Plomin, attaché à l'Institute of Psychiatry, Psychology and Neuroscience du célèbre King's College à Londres. Il est renommé pour ses décennies d'étude du comportement des jumeaux. L'an dernier, il a résumé ses idées - après des années de retard, parce qu'il voulait être absolument certain - dans le livre Blueprint : How DNA Makes Us Who We Are.À l'aide d'études de jumeaux à grande échelle, Plomin et d'autres tentent de disséquer les influences de la nature et de la culture, des gènes et de l'éducation, de la biologie et de la pédagogie afin d'établir leur contribution à la condition humaine. Il s'agit d'études complexes qui se penchent sur les jumeaux monozygotes et dizygotes qui grandissent ensemble ou séparément. Les jumeaux monozygotes sont biologiquement identiques, les jumeaux dizygotes ne le sont pas, ce qui permet d'avoir une idée de l'impact relatif des gènes et de l'environnement sur la façon dont les gens grandissent pour être ce qu'ils sont.Plomin a présenté ses conclusions lors d'une interview avec le New Scientist. Sa principale conclusion apparaît en fin d'entretien : "Je pense que mon livre apporte un message positif pour les parents. Ils peuvent pousser un soupir de soulagement et profiter de leurs enfants parce que, contrairement à ce qu'ils pensent, ils n'ont aucun contrôle sur ce que leur enfant va devenir. Si vous pensez que les enfants sont faits d'argile et que vous pouvez les pétrir à votre guise, oubliez ça ! Je pense qu'il vaut mieux considérer les parents comme des gestionnaires de ressources dont le travail consiste à découvrir ce que les enfants aiment faire et à leur donner l'occasion de le faire."Un message important est donc que l'exercice des responsabilités parentales a rarement un effet négatif irréparable sur les enfants. La plupart des caractéristiques étudiées par Plomin se révèlent être déterminées pour moitié par des gènes et pour l'autre moitié par des facteurs environnementaux (dont l'éducation). C'est acceptable. Ce qui est plus surprenant, c'est qu'il affirme que les influences de l'environnement doivent être considérées comme "arbitraires". Tout peut avoir un rôle directeur. Ce sont souvent des coïncidences : une infection virale, une première relation qui a mal tourné, une rencontre avec quelqu'un qui devient une sorte de mentor (et que vous choisissez vous-même) ... La liste des possibilités est infinie.Il n'y a pas de systématique dans les facteurs environnementaux déterminants, encore moins dans un système introduit par les parents. "Les différences génétiques sont la force involontaire la plus importante pour déterminer qui nous devenons", dit Plomin. "Si vous avez été adopté peu de temps après votre naissance et que vous avez donc été élevé dans une famille différente, avec des amis différents et dans un contexte scolaire différent, vous auriez probablement exercé une profession différente, mais malgré ça vous seriez plus ou moins la même personne. C'est comme ça que ça marche."Surpoids maladif Les exemples les plus frappants de Plomin sont ceux qui vont à l'encontre de notre intuition (et d'autres études scientifiques, qui ont rarement ou jamais examiné la combinaison des gènes et des influences environnementales). Beaucoup de parents font tout leur possible pour lire régulièrement pour et avec leurs enfants, dans l'espoir qu'ils liront plus tard. Peu importe, dit Plomin. Si les enfants aiment que vous leur lisiez des histoires, faites-le, mais ne vous attendez pas à stimuler leur envie de lire. S'ils ont en envie, ils cultiveront cette passion tout seuls. Une grande partie de ce que nous considérons comme les effets de l'éducation n'est rien de plus que de la génétique déguisée.La surcharge pondérale est un autre exemple. On suppose presque automatiquement que le type d'alimentation que l'on reçoit quand on est enfant détermine le poids que l'on aura adulte. Ce n'est pas correct non plus. Si vous avez une prédisposition génétique à grossir, vous grossirez dans la plupart des cas, même si vous mangez assez sainement. Si vous voulez y remédier, vous devez agir activement. Une étude récente de PLoS Genetics indique que le jogging ou la marche sont bien meilleurs pour combattre l'embonpoint génétique que la natation ou le vélo. Les personnes qui ne sont pas conçues pour grossir resteront également maigres dans les familles qui se nourrissent de malbouffe et de sodas. Les jumeaux identiques qui sont séparés et élevés séparément suivront plus ou moins le même historique de poids, quelles que soient les habitudes alimentaires de la famille dans laquelle ils ont été élevés.Cependant, cette thèse ne vaut pas pour l'obésité morbide, selon une étude publiée depuis le début de cette année dans Nature Genetics. Seules les formes plus douces auraient une forte composante génétique. L'obésité morbide serait principalement le résultat de conditions de vie extrêmement malsaines. Le travail de Plomin porte sur les valeurs "normales" des fonctions et du comportement, et non sur les valeurs extrêmes. Par exemple, la négligence profonde et les abus flagrants peuvent bel et bien causer des séquelles graves et permanentes chez les enfants. Les soi-disant mères tigres qui font tout leur possible pour pousser un enfant dans une certaine direction peuvent faire une différence, mais la question est de savoir si cela rend l'enfant heureux.L'an dernier, Plomin a non seulement suscité la polémique avec son livre, mais aussi avec une publication dans la revue professionnelle Science of Learning, où lui et ses collègues soutiennent qu'il importe peu de savoir dans quelle école on envoie vos enfants, car la plupart du temps, ils finiront dans le lieu pour lequel ils sont génétiquement faits. Au Royaume-Uni, où il y a une grande différence de qualité entre les écoles privées et publiques, c'était particulièrement difficile à entendre. Vous pouvez envoyer un enfant dans une école privée coûteuse, où il aura de meilleurs professeurs et plus d'installations sportives, et où il entrera en contact avec d'autres enfants de "meilleures" classes sociales, mais cela ne semble pas important pour le résultat final de l'enfant.Ces cinquante dernières années, la recherche génétique a progressé et conduit à l'émergence de gènes. On parle souvent avec mépris du déterminisme génétique, bien que des généticiens comme Plomin continuent de souligner que les gènes ne déterminent pas qui on devient. Ils vous influencent, en interaction avec les facteurs environnementaux. Un plan est un plan, pas une structure finie. Plomin croit que le déterminisme environnemental et éducatif a causé beaucoup plus de misère que l'alternative biologique, malgré les excès de l'eugénisme : l'interprétation sociale d'une génétique mal comprise avec l'Holocauste comme exemple le plus extrême.Entre-temps, l'importance des gènes est en train d'émerger dans les endroits les plus fous. Ils jouent un rôle dans le contrôle de comportements que beaucoup de gens pensent spontanément être purement dus à des facteurs environnementaux et à des choix personnels. Une étude de Nature Genetics a calculé que les différences dans le timing de la perte de la virginité sont pour un quart déterminées par des facteurs génétiques. Il s'agit d'un équilibre entre d'une part les gènes qui stimulent les comportements à risque et favorisent ainsi une perte de virginité précoce et d'autre part les gènes qui favorisent un caractère facilement irritable, ce qui fait attendre plus longtemps. Le reste des influences proviennent de l'environnement et peuvent être fortement déterminées par le hasard : parents, amis, rencontres, impulsions religieuses...Durée des études Les gènes peuvent réagir aux conditions environnementales pour déterminer leur degré d'activité. La nature et la culture sont constamment en interaction l'une avec l'autre. Mais au début de l'année dernière, une importante étude a été publiée dans Science, dont les conséquences ne commencent qu'à se faire sentir maintenant. Au lieu de "nature OU éducation", il y a ce qu'on appelle "la nature DE l'éducation". C'est une histoire complexe, mais cela signifie essentiellement que les gènes que vous n'héritez pas de vos parents peuvent encore jouer un rôle dans votre vie, car ils aident à déterminer l'environnement dans lequel vous vous retrouvez.Chacun a deux copies de chaque gène (une de son père et une de sa mère). Mais en cas de fécondation, un parent ne transmet qu'une seule des deux copies à un enfant. L'autre, cependant, peut jouer un rôle dans la détermination de ce que fait le parent et ainsi influencer l'environnement de l'enfant. Par exemple, il a été démontré que des gènes non transmis peuvent codéterminer la durée des études d'une personne. Ils ne jouent aucun rôle dans des facteurs comme la taille et le poids, qui sont beaucoup plus fortement déterminés par les gènes transmis - pour les facteurs physiques, les gènes déterminent souvent plus de 90% des différences.La durée de la scolarité est déterminée par un complexe de gènes - c'est le cas pour presque tous les traits humains et certainement pour les aspects comportementaux de ces traits. Il n'existe pas de gène unique pour déterminer les "heures d'école", ni pour la "susceptibilité à l'éducation". Un gène aura un effet d'un maximum de plusieurs semaines sur les différences de durées scolaires, mais les combinaisons de gènes peuvent entraîner des différences plus importantes. L'effet de la combinaison des gènes non transmis des parents sur les heures d'école de leurs enfants était d'environ un tiers de celui des gènes qui ont été transmis. Les gènes peuvent même avoir des effets multiples. Il n'est pas impossible qu'un gène donné ait un effet direct (transmis) sur une caractéristique et un effet indirect (non transmis) sur une autre. Rien n'est simple en génétique.Les gènes jouent donc un rôle dans la durée de la scolarité, mais certains d'entre eux travaillent à distance, en influençant les parents. Ainsi, même ce qui semble être un facteur environnemental indubitable peut encore avoir une composante génétique. Les gènes de vos frères et soeurs, ou même de vos amis, peuvent aussi aider à déterminer votre environnement et avoir un effet. Les gens, les lieux, les choses, tout ce qui nous entoure peuvent avoir une influence - souvent fortuite - sur la façon dont nos gènes se manifestent. La distinction entre gènes et facteurs environnementaux, entre biologie et pédagogie, entre nature et culture est fausse : tout est lié.