Entre tous les mythes dans l'Himalaya, le lac Roopkund est l'un des plus étranges. Le Roopkund ou le "lac des squelettes" est un lac minuscule dans la partie indienne du massif montagneux, à plus de 5000 mètres d'altitude, caché sous la glace et la neige pendant onze mois par an - et bordé d'os humains. Autour du lac se trouvent les os d'environ 600 à 800 personnes. Les circonstances de ces morts sont inconnues.

Après une tradition locale, il s'agit des pèlerins qui étaient sur la route pour le reliquaire de Devi, la déesse de la montagne. Mais comme le roi, la reine et leur cortège se comportaient avec inconvenance, la déesse les a effacés. Selon d'autres explications, il aurait pu aussi s'agir des restes d'une armée ou de marchands qui se sont retrouvés dans une tempête meurtrière. Ou des victimes d'une épidémie.

Un groupe international de scientifiques veut résoudre le mystère à l'aide de méthodes archéologiques modernes. Et ils ont trouvé quelque chose d'étonnant : selon une analyse du génome, l'un des 38 squelettes masculins et féminins examinés par les chercheurs venait d'Asie du Sud-Est et 14 de la région de la Méditerranée orientale. Une datation au radiocarbone a également montré que les gens ne mouraient pas en même temps. Les individus d'origine indienne sont morts vers l'an 800 et les autres humains sont probablement décédés vers l'an 1800.

Cela ne résout pas le mystère des morts du lac Roopkund - au contraire cela le rend encore plus mystérieux. Les chercheurs osent néanmoins tenter une explication : bien que le lac ne soit situé sur aucune des routes commerciales habituelles, il y a encore aujourd'hui un chemin de pèlerinage dans ses environs. Tous les douze ans, des pèlerins se rendent au sanctuaire et se rassemblent le long du chemin. Bien que ce rituel n'ait été transmis que depuis la fin du XIXe siècle, les inscriptions dans les temples voisins du VIIIe au Xe siècle indiquent une origine antérieure.

Les chercheurs soupçonnent qu'au moins le groupe d'hommes et de femmes sud-asiatiques aurait pu être surpris par une tempête lors de leur pèlerinage. Qu'ils se sont rassemblés, se sont réfugiés près du lac et qu'ils y sont morts de froid.

Cependant, le sort des hommes et des femmes de la Méditerranée orientale reste totalement mystérieux. Un pèlerinage semble peu probable en raison de la grande distance et des différences religieuses. Mais le premier auteur de l'étude, Éadaoin Harney, de l'Université Harvard de Cambridge, aux États-Unis, soupçonne "que le lac Roopkund n'était pas seulement d'intérêt local, mais que des gens du monde entier venaient ici". Les chercheurs espèrent maintenant trouver des indices dans les archives et les dossiers. Car la disparition d'un grand nombre d'étrangers n'aura guère échappé à l'enregistrement.

Étonnamment, personne n'a encore osé enquêter de manière approfondie sur le lieu du crime à l'aide de méthodes modernes. Une reconstitution des circonstances n'a pas semblé très prometteuse: au bord du lac, il y a souvent des avalanches d'éboulis qui déplacent ou renversent les os. De plus, les pèlerins et les randonneurs ont souvent déplacé les ossements - ou même les ont emportés avec eux.

Greta Pralle

Source: Geo