Certains chats infortunés atteints du syndrome des "taches blanches" sont parfois traités de "chats Hitler" ou de "kitlers" à cause du positionnement malheureux de leurs taches blanches.

On savait déjà que ces dessins étonnants étaient provoqués par un gène qui a muté, mais on ignorait comment ce gène crée les taches sur la fourrure de certains animaux.

À présent, des scientifiques ont établi un modèle mathématique qui décrit comment naissent les dessins de formes parfois étranges. Les taches blanches seraient dues au mouvement et à la croissance de cellules pigmentaires pendant le développement intra-utérin. Celles-ci ne suivent pas les instructions génétiques à cause du gène muté qui ralentit la multiplication des cellules pigmentaires. Ce qui fait qu'il n'y a dès lors pas suffisamment de cellules pour couvrir toute la fourrure de l'animal, ce qui entraîne l'apparition de taches blanches ou autrement dit dépigmentées.

Maladies humaines

La formule peut aider les scientifiques à comprendre les variations de nuances auprès des animaux, mais également à cerner des maladies plus graves comme le syndrome de Waardenburg qui provoque la surdité, certaines maladies intestinales, des problèmes cardiaques et des cancers humains. Ces affections sont également dues à des cellules qui n'arrivent pas à se positionner aux bons endroits dans l'utérus. (TE)

Certains chats infortunés atteints du syndrome des "taches blanches" sont parfois traités de "chats Hitler" ou de "kitlers" à cause du positionnement malheureux de leurs taches blanches.On savait déjà que ces dessins étonnants étaient provoqués par un gène qui a muté, mais on ignorait comment ce gène crée les taches sur la fourrure de certains animaux. À présent, des scientifiques ont établi un modèle mathématique qui décrit comment naissent les dessins de formes parfois étranges. Les taches blanches seraient dues au mouvement et à la croissance de cellules pigmentaires pendant le développement intra-utérin. Celles-ci ne suivent pas les instructions génétiques à cause du gène muté qui ralentit la multiplication des cellules pigmentaires. Ce qui fait qu'il n'y a dès lors pas suffisamment de cellules pour couvrir toute la fourrure de l'animal, ce qui entraîne l'apparition de taches blanches ou autrement dit dépigmentées. Maladies humaines La formule peut aider les scientifiques à comprendre les variations de nuances auprès des animaux, mais également à cerner des maladies plus graves comme le syndrome de Waardenburg qui provoque la surdité, certaines maladies intestinales, des problèmes cardiaques et des cancers humains. Ces affections sont également dues à des cellules qui n'arrivent pas à se positionner aux bons endroits dans l'utérus. (TE)