Dans une étude parue dans Nature, une équipe de chercheurs internationale a étudié le parfum des forêts de pins dans le nord de l'Europe en Amérique du Nord et en Russie. On savait déjà que l'odeur des pins est composée d'éléments volatils qui interagissent avec l'air au-dessus des forêts. Ce qu'on ignorait c'est l'impact que pouvait avoir cette dernière sur le climat.

Les chercheurs viennent de découvrir l'un des chainons manquants pour résoudre le mystère du rôle des pins dans les changements climatiques. Une forêt de pins produirait une sorte de brouillard qui reflèterait les rayons du soleil vers l'espace. Ces vapeurs à la volatilité ultra basse se condensent sur la moindre surface ou particule qu'elles rencontrent. Ces dernières ont la structure la plus complexe que les chercheurs n'aient jamais vu précise Joel Thornton de l'université de Washington à la BBC. "Le plus fou c'est que les vapeurs émises par les pins composent grosso modo la moitié des aérosols présents au-dessus des forêts."

En élucidant le mécanisme qui transforme l'odeur des pins en buée, les chercheurs espèrent pouvoir endiguer la hausse de températures. Pour ceux-ci, cette découverte pourrait avoir un impact à moyen terme puisqu'un monde plus chaud accélère la photosynthèse. Celle-ci accélère la progression de la végétation qui va elle-même venir booster la production de cet aérosol. Cependant le parfum des pins n'est pas pour autant la solution miracle. En effet, en cas de forte chaleur ou de sécheresse, les pins arrêtent de produire cette buée.

Dans une étude parue dans Nature, une équipe de chercheurs internationale a étudié le parfum des forêts de pins dans le nord de l'Europe en Amérique du Nord et en Russie. On savait déjà que l'odeur des pins est composée d'éléments volatils qui interagissent avec l'air au-dessus des forêts. Ce qu'on ignorait c'est l'impact que pouvait avoir cette dernière sur le climat. Les chercheurs viennent de découvrir l'un des chainons manquants pour résoudre le mystère du rôle des pins dans les changements climatiques. Une forêt de pins produirait une sorte de brouillard qui reflèterait les rayons du soleil vers l'espace. Ces vapeurs à la volatilité ultra basse se condensent sur la moindre surface ou particule qu'elles rencontrent. Ces dernières ont la structure la plus complexe que les chercheurs n'aient jamais vu précise Joel Thornton de l'université de Washington à la BBC. "Le plus fou c'est que les vapeurs émises par les pins composent grosso modo la moitié des aérosols présents au-dessus des forêts." En élucidant le mécanisme qui transforme l'odeur des pins en buée, les chercheurs espèrent pouvoir endiguer la hausse de températures. Pour ceux-ci, cette découverte pourrait avoir un impact à moyen terme puisqu'un monde plus chaud accélère la photosynthèse. Celle-ci accélère la progression de la végétation qui va elle-même venir booster la production de cet aérosol. Cependant le parfum des pins n'est pas pour autant la solution miracle. En effet, en cas de forte chaleur ou de sécheresse, les pins arrêtent de produire cette buée.