Les scientifiques d'un centre d'études sur les requins de la Nova Southeastern University, en Floride, ont cartographié le génome du requin blanc (Carcharodon carcharias). Et le résultat est remarquable.
...

Les scientifiques d'un centre d'études sur les requins de la Nova Southeastern University, en Floride, ont cartographié le génome du requin blanc (Carcharodon carcharias). Et le résultat est remarquable.Le génome est une fois et demie plus grand que chez l'homme. De plus, l'ADN présente des mutations qui peuvent expliquer le succès évolutif de l'animal emblématique. Celles-ci offrent des possibilités aux humains. Le requin, qui peut mesurer jusqu'à six mètres de long et peser environ trois tonnes, vit sur notre planète depuis 400 millions d'années (l'homme est apparu il y a environ 300 000 ans) grâce à son ADN plus résistant.Les scientifiques, qui ont publié leurs découvertes dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, ont découvert que grâce à ses gènes, le requin blanc est mieux protégé contre les maladies, guérit ses blessures plus rapidement et a une meilleure résistance au cancer et aux maladies liées au vieillissement."Les requins peuvent aussi restaurer leur propre ADN, ce que les humains ne peuvent pas faire. Ce sont précisément ces gènes instables qui rendent les humains vulnérables aux maladies liées à l'âge et au cancer. Nous avons découvert que la nature a mis au point des stratégies intelligentes pour maintenir la stabilité du génome de ces grands requins qui vivent longtemps", explique Mahmood Shivji, un des auteurs de l'étude.Les scientifiques espèrent percer davantage les secrets du requin blanc pour résoudre les problèmes des humains que l'ADN du requin réussit déjà à résoudre.La recherche pourrait également constituer un pas vers une image plus positive de l'un des prédateurs les plus redoutables de la planète, dont la réputation a beaucoup pâti de la superproduction américaine Les dents de la mer de 1975.Les éléphants aussi contre le cancer Le requin n'est pas le seul animal qui peut contribuer à la recherche sur le cancer chez les humains. Les éléphants aussi sont en quelque sorte protégés contre le cancer. Par exemple, seulement 4,8 % des décès connus chez les pachydermes sont liés au cancer. Chez l'homme, ce chiffre se situe entre 11 et 25 %. Cette différence est remarquable, car normalement les éléphants devraient contracter plus de cancers que les humains. Les éléphants ont 100 fois plus de cellules que les humains et vivent beaucoup plus longtemps. Cela donne à de nombreuses cellules la possibilité de muter et de devenir malignes pendant la division cellulaire. Pourquoi l'éléphant et les grands mammifères en général sont-ils moins victimes du cancer que les petits mammifères ?Une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association révèle que les éléphants d'Afrique possèdent 20 copies d'un gène appelé TP53 ou aussi appelé " le gardien du génome". Ce gène a les qualités pour créer une protéine qui peut supprimer les tumeurs. L'homme n'a qu'une copie de ce gène.Afin d'étudier si les gènes aident efficacement les éléphants dans la lutte contre le cancer, les chercheurs ont prélevé des globules blancs sur des éléphants et des humains. Ils ont ensuite exposé ces cellules à un rayonnement qui endommage l'ADN. Les chercheurs s'attendaient à ce que les cellules d'éléphant avec tous ces gènes TP53 supplémentaires qui protègent contre le cancer se rétablissent plus rapidement que les cellules humaines, mais cela ne s'est pas avéré être le cas.Les cellules d'éléphant semblaient mourir beaucoup plus vite que les cellules humaines. Mais cela semble plus négatif qu'il n'y paraît. Une partie de la stratégie du TP53 est de faire en sorte que la cellule endommagée se suicide afin qu'elle ne puisse plus transmettre de mutations nuisibles. Une cellule morte ne peut donc plus devenir une cellule cancéreuse.Les scientifiques espèrent que cette stratégie, tout comme le pouvoir de l'ADN du requin blanc, pourra être utilisée par les humains à l'avenir.