"J'ai alors compté huit secondes et nous avons atterri en douceur", a expliqué le Russe Pavel Vinogradov à l'agence Interfax. "Nous n'avions connaissance d'aucun paramètre. Nous avons dû descendre à l'aveuglette", a-t-il ajouté.

L'équipage, composé de Pavel Vinogradov, de son compatriote russe Alexandre Missourkine et de l'Américain Chris Cassidy, a atterri, comme prévu, mercredi à Baïkonour, dans les steppes du Kazakhstan.

Après avoir été extrait de la capsule, Pavel Vinogradov a affirmé, que tout s'était "très bien passé". "C'était un vol mémorable", a de son côté déclaré Chris Cassidy.

es trois hommes avaient rejoint la station spatiale internationale (ISS) le 29 mars dernier. Leur voyage jusqu'à l'ISS avait été effectué en un temps record : moins de six heures, contre deux jours nécessaires auparavant.

L'astronaute italien Luca Parmitano, le Russe Fiodor Iourtchikhine et l'Américaine Karen Nyberg restent pour leur part à bord de la station, en compagnie du robot Kirobo.

"J'ai alors compté huit secondes et nous avons atterri en douceur", a expliqué le Russe Pavel Vinogradov à l'agence Interfax. "Nous n'avions connaissance d'aucun paramètre. Nous avons dû descendre à l'aveuglette", a-t-il ajouté. L'équipage, composé de Pavel Vinogradov, de son compatriote russe Alexandre Missourkine et de l'Américain Chris Cassidy, a atterri, comme prévu, mercredi à Baïkonour, dans les steppes du Kazakhstan. Après avoir été extrait de la capsule, Pavel Vinogradov a affirmé, que tout s'était "très bien passé". "C'était un vol mémorable", a de son côté déclaré Chris Cassidy. es trois hommes avaient rejoint la station spatiale internationale (ISS) le 29 mars dernier. Leur voyage jusqu'à l'ISS avait été effectué en un temps record : moins de six heures, contre deux jours nécessaires auparavant. L'astronaute italien Luca Parmitano, le Russe Fiodor Iourtchikhine et l'Américaine Karen Nyberg restent pour leur part à bord de la station, en compagnie du robot Kirobo.