En politique, les primates utilisent leur environnement de manière créative, ainsi qu'un langage corporel spécifique, comme de s'assoir au-dessus de leurs congénères, sur une sorte de "trône". Ainsi, les candidats de grande taille, chez les humains, auraient un avantage.

Les tentatives d'intimidation de Donald Trump contre ses rivaux masculins lors de la primaire républicaine sont devenues légendaires. Il a vaincu tous ses collègues en bombant le torse, en baissant d'un ton pour les insulter avec des surnoms humiliants tels que "Low-Energy Jeb" et "Little Marco". Se pavanant comme un chimpanzé, Donald Trump a transformé la primaire en un concours de langage corporel hypermasculin, selon Frans de Waal, primatologue et éthologue néerlandais.

Lors de l'élection finale qui l'opposait à Hillary Clinton, le problème était tout autre. Trump s'est trouvé face à un dilemme : il affrontait un adversaire qu'il ne pouvait pas vaincre de la même manière qu'un autre mâle. "Je n'ai jamais vu un spectacle aussi étrange que le deuxième débat télévisé entre Trump et Hillary Clinton le 9 octobre 2016, explique de Waal. Le langage corporel de Trump était celui d'une âme tourmentée prête à frapper son adversaire, tout en sachant que s'il posait les doigts sur elle, sa candidature serait terminée. Il faisait les cent pas avec impatience derrière Clinton ou agrippait fermement son fauteuil. Des téléspectateurs inquiets ont même diffusé des avertissements en direct sur Twitter, adressé à Clinton, tels que "Regardez derrière vous!"

Trump parvenait à peine à contenir sa colère et constituait une menace réelle. Il a déclaré que, sous sa présidence, un procureur spécial jetterait Clinton en prison. S'il avait été un chimpanzé, il aurait jeté une chaise dans les airs ou frappé un spectateur innocent pour démontrer sa force supérieure.

© Reuters

On peut tout à fait faire un parallèle avec les primates. L'hypothèse est ici que pour être un alpha, il faut être grand et fort, prêt à anéantir ses rivaux. "Je n'ai jamais entendu parler de références alpha aussi librement qu'au cours de cette période. Mais le mâle alpha primate est beaucoup plus complexe et responsable qu'un simple tyran", déclare Frans de Waal.

Il est arrivé que des tyrans impitoyables dominentune communauté de chimpanzés, mais ce n'était généralement pas le cas des alphas qui se maintenaient sur la durée. Les hommes puissants ne sont pas nécessairement les plus gros, les plus forts et les plus méchants, car ils atteignent souvent le haut de l'échelle grâce à l'aide des autres. En effet, le plus petit des hommes peut devenir alpha s'il a de bons alliés. La plupart des hommes alpha protègent l'opprimé, maintiennent la paix et rassurent les personnes en détresse. Dès qu'une bagarre éclate entre les membres d'un groupe, tout le monde se tourne vers lui pour voir comment il va s'y prendre. Il est l'arbitre final, soucieux de rétablir l'harmonie. Il se tiendra de manière impressionnante entre les parties en hurlant, les bras levés, jusqu'à ce que la situation se calme.

C'est là que Trump s'est considérablement éloigné de la posture d'un véritable mâle alpha. Au lieu d'unir et de stabiliser la nation ou d'exprimer sa sympathie pour les opprimés ou les victimes, il a attisé les flammes de la discorde : il s'est par exemple moqué d'un journaliste handicapé et a donné son soutien implicite aux suprématistes blancs. Pour le primatologue, les comparaisons entre le comportement de Trump et celui des alpha primates sont donc limitées, s'appuyant davantage sur son ascension que sur l'exécution du leadership.

Les émotions structurent nos sociétés à un degré que nous admettons rarement. Pourquoi les politiciens chercheraient-ils un poste plus élevé si ce n'est pour la soif de pouvoir qui caractérise tous les primates? Pourquoi vous inquiéteriez-vous pour votre famille si ce n'est pour les liens affectifs qui unissent parents et enfants? Toutes nos institutions et nos réalisations les plus chères sont étroitement liées aux émotions humaines et n'existeraient pas sans elles. "Cette prise de conscience me fait considérer les émotions animales comme capables de mettre en lumière notre existence même, nos objectifs et nos rêves, ainsi que nos sociétés hautement structurées", affirme le primatologue. "Étant donné que je ne considère pas que notre propre espèce soit très différente des autres mammifères sur le plan émotionnel et qu'il serait en fait difficile de cerner des émotions uniquement humaines, il me semble que nous ferions mieux de prêter une attention particulière au fond émotionnel que nous partageons avec les autres habitants de cette planète".

Quand Aristote a qualifié notre espèce d'"animal politique", il a lié cette idée à nos capacités mentales. Le fait que nous soyons des animaux sociaux n'est pas si exceptionnel, a-t-il dit, mais notre vie en communauté est différente grâce à la rationalité humaine et à notre capacité à distinguer le bien du mal. S'il avait en partie raison, il a peut-être négligé le côté extrêmement émotionnel de la politique humaine. La rationalité est souvent difficile à trouver et les faits importent beaucoup moins que nous le pensons. La politique concerne les peurs et les espoirs, la personnalité des dirigeants et les sentiments qu'ils suscitent. La terreur est également un excellent moyen de détourner l'attention des problèmes qui se posent.

Ce qui est le plus étonnant, ce sont les euphémismes dont nous entourons les deux forces motrices de la politique humaine: la soif de pouvoir des dirigeants et le désir de leurs partisans de prendre les rênes du pouvoir. Comme la plupart des primates, nous sommes une espèce hiérarchisée, alors pourquoi essayons-nous de la cacher à nous-mêmes?

Le jeune primate ou un jeune enfant s'aperçoit pour la première fois que tous ses souhaits ne seront pas exaucés, une crise de colère se déclenche: ce n'est pas ainsi que la vie est supposée être. L'air est expulsé à pleine force à travers le larynx pour réveiller tout le quartier à cette grave injustice. L'enfant roule en hurlant, se frappant la tête, incapable de se tenir debout, vomissant parfois. Les crises de colère sont courantes à l'âge du sevrage, qui correspond environ à quatre ans chez les grands singes et environ deux ans chez les humains.

La réaction des dirigeants politiques à la perte de pouvoir est très similaire. Lorsque Richard Nixon s'est rendu compte qu'il devrait démissionner le lendemain, il s'est mis à genoux, a sangloté, a frappé le tapis avec ses poings et a pleuré: "Qu'est-ce que j'ai fait? Que s'est-il passé?", comme le décrivent Bob Woodward et Carl Bernstein dans leur livre de 1976, The Final Days. Henry Kissinger, le secrétaire d'État de Nixon, réconforta le dirigeant déchu comme un enfant, le tenant littéralement dans ses bras et récitant ses exploits à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il se calme.

Comme le disait Kissinger, le pouvoir est aphrodisiaque. Ils le gardent jalousement, et si quelqu'un les défie, ils perdent toutes leurs inhibitions. La même chose se produit chez les chimpanzés.

Richard Nixon © Reuters

Une fois qu'il a perdu sa première place, après chaque bagarre, le mâle alpha reste assis à regarder au loin. Il aurait une expression vide sur son visage, inconscient de l'activité sociale autour de lui. Il refuse de manger pendant des semaines. Il devient un simple fantôme de l'impressionnant chef qu'il avait été. Pour cet homme alpha battu et abattu, c'était comme si les lumières s'étaient éteintes.

D'après son expérience, Frans de Waal affirme que plus un chef est performant, plus son règne durera longtemps et moins il risque de se terminer brutalement. "Nous n'avons pas de bonnes statistiques à ce sujet, et je suis au conscient des exceptions, mais en général, un homme qui reste au pouvoir en terrorisant tout le monde ne régnera que quelques années et finira aussi bien que Benito Mussolini", explique-t-il. Avec un tyran pour un leader, le groupe semble juste attendre un challenger pour le soutenir s'il a une chance. À l'état sauvage, les harceleurs sont expulsés ou tués, alors qu'en captivité, ils risquent de devoir être retirés de la colonie pour leur propre sécurité. Les dirigeants populaires, par contre, restent souvent au pouvoir pendant une période extrêmement longue. Si un jeune conteste ce type d'alpha, le groupe s'associe à ce dernier. Pour les femelles, rien ne vaut la direction stable d'un mâle alpha qui les protège et garantit une vie de groupe harmonieuse. C'est le bon environnement pour élever leurs petits, alors elles veulent généralement garder ce genre de mâle au pouvoir.

Si un bon leader perd son poste, il est rarement expulsé. Il peut vieillir tranquillement au sein du groupe. Il peut même continuer à avoir un peu d'influence en coulisses. Car même si tout le monde pense que cela doit être génial d'être alpha, c'est une position stressante. Des chercheurs qui étudient des babouins dans les plaines du Kenya ont constaté que le chef était aussi stressé que les mâles se situant au bas de la hiérarchie. Le plus haut gradé est constamment à la recherche de signes d'insubordination et de collusion qui pourraient le renverser.

La première émotion animale étudiée - la seule qui importait aux biologistes dans les années 1960 et 1970 - était l'agression. À cette époque, chaque débat sur l'évolution humaine se résumait à l'instinct d'agression. Sans mentionner les émotions en tant que telles, les biologistes ont défini le "comportement agressif" comme un comportement qui nuit ou a l'intention de nuire aux membres de la même espèce. Comme toujours, l'accent était mis sur le résultat.

Mais derrière l'agression se cache une émotion évidente, appelée colère ou rage chez l'humain. Ses manifestations corporelles sont les mêmes d'une espèce à l'autre, telles que les sons menaçants aigus (grognements et rugissements). Pendant les menaces, les animaux gonflent leur corps en soulevant les épaules, en cambrant le dos, en déployant les ailes et en gonflant les poils ou les plumes. Ils montrent des armes telles que des griffes, des bois ou des dents.

Les mâles de notre espèce serrent les poings en montrant leurs pectoraux. La descente du larynx à la puberté chez les garçons, mais pas chez les filles approfondit la voix pour que les hommes sonnent grand et fort. Le but de ces fonctions est d'intimider et d'induire la peur. La plupart du temps, c'est efficace, mais bien sûr, si l'objectif n'est pas atteint, les choses peuvent dégénérer. La colère est généralement suscitée par des objectifs contrariés ou par des atteintes à son statut ou à son territoire. Montrer sa colère est un moyen courant d'obtenir ce que l'on veut et de le défendre ce que l'on a.

La colère et l'agression sont parfois décrites comme des émotions antisociales, mais elles sont en réalité intensément sociales. Si vous deviez tracer sur une carte de la ville tous les cas de cris, d'insultes, de portes qui claquent et de jets de porcelaine, ils se retrouveraient majoritairement dans des résidences familiales: pas dans les rues, les cours d'école ou les centres commerciaux, mais dans les maisons. Lorsque la police tente de résoudre un homicide, ses premiers suspects sont des membres de la famille, des amants et des collègues proches. Puisque l'agression sert à négocier les termes des relations sociales, c'est généralement à la maison que ça se passe.

Dans le même temps, les relations sociales étroites sont également les plus résilientes. La raison pour laquelle les familles humaines parviennent à rester soudées est que la réconciliation est aussi très courante. Les époux, frères et soeurs et amis traversent constamment des cycles de conflit et de réconciliation, répétés encore et encore, pour renégocier leurs relations. Vous montrez de la colère pour faire valoir votre point de vue, puis enterrez la hache de guerre à l'aide d'un baiser et de quelques câlins. Les primates font la même chose pour protéger leurs liens contre les effets des conflits: ils s'embrassent et se toilettent après les combats. Pour eux aussi, la réconciliation est plus facile avec ceux qui leur sont les plus proches.

© iStock

Il existe cependant un domaine dans lequel l'agression est courante et la réconciliation rare. Ce domaine a fait l'objet d'une attention considérable au milieu des années 1960, lorsque Konrad Lorenz a déclaré que notre volonté d'agression pouvait mener à la guerre. La guerre fait donc partie de la biologie humaine. Le débat qui s'ensuit continue à ce jour. Selon certains, notre destin est de faire la guerre pour toujours, alors que d'autres considèrent la guerre comme un phénomène culturel lié aux conditions actuelles. Hélas, la question incroyablement complexe de la guerre humaine est encore souvent réduite à celle d'un instinct agressif. Depuis le début, les singes ont occupé une place importante dans ce débat.

Au début, ils étaient perçus comme des enfants, car on ne leur demandait que de voyager d'arbre en arbre à la recherche de nourriture. Dans les années 1970, cependant, les premiers rapports de terrain montrant des chimpanzés qui s'étaient tués, chassant des singes, mangeant de la viande, etc. ont choqué. Et même si le meurtre d'autres espèces n'a jamais été un problème, les observations des chimpanzés ont été utilisées pour montrer que nos ancêtres étaient sans doute des monstres meurtriers. Les cas de chimpanzés tuant leurs dirigeants sont exceptionnels par rapport à ce qu'ils font aux membres d'autres groupes, à qui ils réservent leur violence la plus brutale.

De son point de vue, Frans de Waal met l'accent sur les capacités naturelles des primates à atténuer les conflits. La plupart du temps, ils sont excellents pour maintenir la paix. "La civilisation n'est pas une force extérieure: c'est nous. Aucun humain n'a jamais existé sans biologie, ni aucun sans culture. Et pourquoi considérons-nous toujours notre biologie sous le jour le plus sombre? Avons-nous transformé la nature en méchant afin que nous puissions nous considérer comme les bons? La vie sociale fait partie intégrante de nos origines chez les primates, tout comme la coopération, les liens et l'empathie", affirme-t-il. En effet, la vie en groupe est notre principale stratégie de survie.

Les primates sont faits pour être sociaux, pour se soucier les uns des autres et pour s'entendre, et c'est la même chose pour les êtres humains. La civilisation fait toutes sortes de choses formidables pour nous, mais elle le fait en optant pour des capacités naturelles et non en inventant quelque chose de nouveau. Cela fonctionne avec ce que nous avons à offrir, y compris une capacité séculaire de coexistence pacifique.