L'entreprise, au coeur du scandale européen de la viande de cheval faussement estampillée "boeuf", ne pourra pas en revanche reprendre son activité d'entreposage de matières premières congelées, a ajouté le ministre, précisant qu'un rapport d'enquête complet et définitif était attendu vendredi. (MUA)