"Beaucoup d'informations circulent sur internet sur toutes sortes de maladies, mais elles ne sont pas toujours fiables", dit Maggie De Block. "C'est pourquoi nous voulons aider les citoyens à s'y retrouver : ils pourront désormais consulter des informations médicales fiables dans un langage compréhensible sur www.masanté.be. C'était déjà le cas pour la partie néerlandophone du pays ; maintenant, nous en avons fait de même pour les citoyens francophones."

La plateforme contenant les informations francophones s'appelle InfoSanté et est, tout comme la plateforme néerlandophone Gezondheid & Wetenschap, une initiative du Centre belge pour l'evidence-based medicine, le Cebam. L'année dernière, le site de Masanté avait déjà été relié à la plateforme flamande Gezondheid & Wetenschap, mais il n'y avait pas encore d'équivalent francophone. Grâce au soutien financier de l'INAMI, c'est à présent bien le cas.

Faire un don de sang ?

Une deuxième nouveauté concerne le lien avec la Croix-Rouge de Belgique. Toute personne qui souhaite faire un don de sang, de plasma et/ou de plaquettes peut désormais s'inscrire via le site www.masanté.be. Car comme le rappelle Maggie De Block, "Toute mesure pouvant faciliter le don de sang est la bienvenue."

Octobre 1959, le roi Albert II en plein don de sang., Getty Images
Octobre 1959, le roi Albert II en plein don de sang. © Getty Images

Donnez votre avis

Les citoyens qui souhaitent partager leurs expériences avec l'utilisation du site Masanté et des portails secondaires pour les patients qui y sont liés, peuvent le faire en participant au tout premier eHealthMonitor. L'enquête a été lancée le 24 octobre et est encore disponible pendant environ 4 semaines. Tant les patients que les prestataires de soins peuvent y répondre. Le feedback des utilisateurs permettra aux futurs décideurs politiques d'améliorer la qualité et la facilité d'emploi des différentes applications eSanté (par ex. les portails pour patients).

À l'heure actuelle, plus de 3.000 personnes ont déjà répondu à l'enquête (la moitié sont des patients et l'autre moitié des prestataires de soins). Une cagnotte totale de 4.000 € sera distribuée entre les participants.

"Beaucoup d'informations circulent sur internet sur toutes sortes de maladies, mais elles ne sont pas toujours fiables", dit Maggie De Block. "C'est pourquoi nous voulons aider les citoyens à s'y retrouver : ils pourront désormais consulter des informations médicales fiables dans un langage compréhensible sur www.masanté.be. C'était déjà le cas pour la partie néerlandophone du pays ; maintenant, nous en avons fait de même pour les citoyens francophones."La plateforme contenant les informations francophones s'appelle InfoSanté et est, tout comme la plateforme néerlandophone Gezondheid & Wetenschap, une initiative du Centre belge pour l'evidence-based medicine, le Cebam. L'année dernière, le site de Masanté avait déjà été relié à la plateforme flamande Gezondheid & Wetenschap, mais il n'y avait pas encore d'équivalent francophone. Grâce au soutien financier de l'INAMI, c'est à présent bien le cas. Faire un don de sang ?Une deuxième nouveauté concerne le lien avec la Croix-Rouge de Belgique. Toute personne qui souhaite faire un don de sang, de plasma et/ou de plaquettes peut désormais s'inscrire via le site www.masanté.be. Car comme le rappelle Maggie De Block, "Toute mesure pouvant faciliter le don de sang est la bienvenue."Donnez votre avisLes citoyens qui souhaitent partager leurs expériences avec l'utilisation du site Masanté et des portails secondaires pour les patients qui y sont liés, peuvent le faire en participant au tout premier eHealthMonitor. L'enquête a été lancée le 24 octobre et est encore disponible pendant environ 4 semaines. Tant les patients que les prestataires de soins peuvent y répondre. Le feedback des utilisateurs permettra aux futurs décideurs politiques d'améliorer la qualité et la facilité d'emploi des différentes applications eSanté (par ex. les portails pour patients).À l'heure actuelle, plus de 3.000 personnes ont déjà répondu à l'enquête (la moitié sont des patients et l'autre moitié des prestataires de soins). Une cagnotte totale de 4.000 € sera distribuée entre les participants.