L'analyse d'un seul de vos cheveux pourrait se révéler particulièrement intéressante pour de nombreux domaines. Si la technique existe depuis quarante ans, elle s'est largement perfectionnée ces dernières années. Par exemple, il est aujourd'hui possible de déterminer si vous avez pris de la cocaïne, du cannabis, l'ecstasy ou encore de l'alcool. Et ce, en fonction de la longueur du cheveu, jusqu'à une durée de douze mois. Dans le sang ou l'urine, ces traces disparaissent déjà après un jour pour le premier et trois jours pour le second. Une durée de vie parti...

L'analyse d'un seul de vos cheveux pourrait se révéler particulièrement intéressante pour de nombreux domaines. Si la technique existe depuis quarante ans, elle s'est largement perfectionnée ces dernières années. Par exemple, il est aujourd'hui possible de déterminer si vous avez pris de la cocaïne, du cannabis, l'ecstasy ou encore de l'alcool. Et ce, en fonction de la longueur du cheveu, jusqu'à une durée de douze mois. Dans le sang ou l'urine, ces traces disparaissent déjà après un jour pour le premier et trois jours pour le second. Une durée de vie particulièrement utile dans les affaires d'abus sexuel où interviennent souvent des drogues. Ou encore dans les affaires de familles où l'on veut prouver un usage régulier de stupéfiants. La technique est également porteuse pour les hôpitaux qui cherchent à vérifier si un patient est adapté à une greffe de foie. Histoire de voir si le futur greffé ne boit pas en douce. "Le principe de base est assez simple", déclare Baumgartner dans De Standaard. "Vos cheveux poussent d'un centimètre par mois. Ce qui permet même de voir à quel mois vous avez pris quelle substance. Il existe cependant également de nombreux éléments qui parasitent l'analyse des cheveux et la rendent très longue et donc coûteuse. Parmi ces éléments perturbateurs, on retrouve le henné, certaines teintures ou lotions capillaires. Autant d'éléments qui font qu'il est aujourd'hui impossible, pour l'instant, d'appliquer la méthode en masse. Sans oublier le fait que tout le monde n'a pas forcément des cheveux.