Lors de baigande en famille, ce sont bien entendu les enfants qui sont le plus à risque, surtout lorsque l'on se trouve sur une plage non surveillée.

Croire que donner une bouée à son enfant suffit à le mettre en sécurité est également une erreur fréquente des parents, selon l''Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA) qui a réalisé en 2016 une enquête auprès de 659 parents.

Un équipement de qualité

Un quart des parents interrogés se contenterait d'une bouée classique pour sécuriser leur enfant durant baignade. Or, il vaut mieux éviter les bouées de mauvaise qualité type "canard" qui ont vite fait de se retourner ou de laisser l'enfant glisser.

À partir de deux ans, 46 % des parents choisissent les brassards gonflables, selon l'enquête. S'ils sont affublés du sigle CE, c'est une bonne chose selon l'AFPA, mais il ne faut toutefois pas leur faire une confiance aveugle, car ils peuvent également se dégonfler ou s'abimer. L'AFPA recommande donc les maillots flotteurs, sans air.

Un adulte pour surveiller

L'AFPA recommande également de surveiller de près les enfants qui se baignent, c'est-à-dire pas sur son transat à 50 mètres du point d'eau. Il est également important de définir quel adulte va surveiller si l'on est en groupe. La vigilance humaine reste plus importante qui le matériel utilisé, selon les experts.

Se baigner juste après avoir mangé ?

Contrairement aux légendes urbaines, le fait de se baigner juste après avoir mangé ne fait courir aucun danger, et ce, à n'importe quel âge. On recommande d'ailleurs aux parents des bébés-nageurs de les nourrir avant et après la séance à la piscine.

Par contre, gare à l'hydrocution. Plonger dans une eau fraîche après être resté au soleil aux heures les plus chaudes (entre 11 heures et 16 heures) peut s'avérer dangereux. L'hydrocution provoque une syncope réflexe qui peut entraîner la noyade.

Hypothermie

Pour les plus petits, il faut également se méfier de l'hypothermie. Pour un enfant de moins d'un an, une eau à vingt degrés, c'est frais. Et plus d'une demi-heure, ce serait trop long. Au moindre frisson, il faut sortir l'enfant, le sécher et le rhabiller.

La noyade est l'une des principales causes de décès chez les jeunes enfants. Les jeunes enfants peuvent se noyer dans 10 centimètres d'eau, rappelle De Standaard. Cela signifie qu'une piscine ou un étang pour enfants est également potentiellement dangereux.

Noyade en silence

Chez les jeunes enfants, la noyade peut se faire en silence. Les tout-petits n'ont pas encore les habiletés motrices et cognitives qui leur permettraient de rester au sommet dans une situation d'urgence. De plus, ils peuvent couler sous l'eau sans crier ni patauger.

Les tout-petits peuvent ingérer de l'eau en moins d'une minute, couler et perdre conscience. C'est pourquoi il est essentiel de garder un oeil très attentif sur un enfant lorsqu'il joue près de l'eau. Lors d'une garden-party, par exemple, les adultes peuvent facilement supposer que quelqu'un les surveille alors qu'en réalité, personne n'y prête attention. Mieux vaut donc les garder bien à distance des eaux libres.

Un véritable apprentissage de la natation n'est possible pour un enfant qu'à partir de 4 ans.