Lavigne a été durant plusieurs mois membre de groupes Facebook privés anti-vaccination. Il a pu y observer la manière dont les membres y sont endoctrinés, amenés à penser que la vaccination est dangereuse et que les médecins et scientifiques bénéficient de trop de crédit à ce sujet.

"Des tas de faiseurs d'opinion y répandent leur propre avis, par intérêt ou par morale personnelle. L'information que je tentais moi-même d'apporter était filtrée par les modérateurs du groupe Facebook, et finalement j'étais bloqué", raconte le professeur.

Le site de l'OMS rappelle pourtant abondamment l'importance des vaccins. "Il est établi que la vaccination permet de combattre et d'éliminer des maladies infectieuses potentiellement mortelles et on estime qu'ainsi plus de 2 à 3 millions de décès par an sont évités. C'est l'un des investissements les plus rentables dans le domaine de la santé", peut-on y lire.

"Nous devons réagir, en tant que scientifiques spécialistes des virus. C'est notre responsabilité, d'informer le public correctement", indique Rob Lavigne cette semaine. Selon lui, cela pourrait passer par une attention accrue pour la microbiologie dans les filières techniques et scientifiques de l'enseignement, avec du matériel de cours plus étoffé.