Aucun indicateur ne laisse encore penser qu'une infection d'un individu à un précédent coronavirus le "protège" de celle au Covid-19, a relevé mercredi le chef du programme d'urgence au sein de l'OMS, Michael Ryan.

Des chercheurs américains ont récemment affirmé que 40 à 60% de la population pourraient être immunisés contre l'actuel coronavirus sans même y avoir été exposé.

Ces données sont "très importantes", notamment dans la recherche d'un vaccin ou de médicaments, ajoute M. Ryan. Elles doivent encore montrer que le type de réponses immunitaires obtenu sera "utile pour une protection à long terme".

Des études cherchent à établir actuellement si de précédents coronavirus constituent un facteur dans cette réponse, dont une menée par une épidémiologiste de l'organisation. Plusieurs entités oeuvrent sur cette question.

Aucun indicateur ne laisse encore penser qu'une infection d'un individu à un précédent coronavirus le "protège" de celle au Covid-19, a relevé mercredi le chef du programme d'urgence au sein de l'OMS, Michael Ryan. Des chercheurs américains ont récemment affirmé que 40 à 60% de la population pourraient être immunisés contre l'actuel coronavirus sans même y avoir été exposé. Ces données sont "très importantes", notamment dans la recherche d'un vaccin ou de médicaments, ajoute M. Ryan. Elles doivent encore montrer que le type de réponses immunitaires obtenu sera "utile pour une protection à long terme". Des études cherchent à établir actuellement si de précédents coronavirus constituent un facteur dans cette réponse, dont une menée par une épidémiologiste de l'organisation. Plusieurs entités oeuvrent sur cette question.