Lire aussi : Prendre un bain de nature
...

Dans un cabinet médical de Manchester, les médecins prescrivent un médicament bien particulier pour lutter contre l'anxiété et la dépression : une plante en pot. Terminé les sédatifs et antidépresseurs, les patients peuvent désormais obtenir des plantes, des légumes ou des herbes pour se remonter le moral.Ce nouveau programme veut inciter les gens à sortir davantage, à faire du jardinage ou d'autres activités sociales. En effet, les patients reçoivent une plante dont ils doivent s'occuper, avant de la rapporter au cabinet pour la replanter dans un jardin commun, où ils poursuivent ensuite leur traitement en compagnie d'autres patients.L'idée a été développée au sein du cabinet Cornbrook Medical Practice, dont la plupart des patients sont socialement isolés, vivent dans des appartements et n'ont peut-être pas accès à des espaces verts ou un jardin. "Prendre soin de quelque chose apporte beaucoup de bénéfices aux gens - en particulier à ceux qui n'ont peut-être pas de jardin ou ne peuvent pas avoir d'animaux domestiques. La plante est alors une raison pour sortir et s'impliquer dans toutes les autres activités de notre jardin et se faire de nouveaux amis", estime Augusta Ward, secrétaire médicale au cabinet.Les plantes du jardin Cornbrook vont des herbes aux tomates et aux légumes comme le chou-fleur, le brocoli et le chou frisé. Mais la majorité des plantes qu'ils prescrivent sont des herbes comme la mélisse et la menthe à chat (NDLR : La cataire), qui ont toutes des qualités de "conscience". Outre relaxer et détendre, passer du temps dans ce jardin permet aussi aux patients d'acquérir de nouvelles compétences, de faire de l'exercice, d'avoir accès à une nourriture saine gratuitement et de faire de nouvelles connaissances."J'ai constaté que nos patients se détendaient dans le jardin - et qu'ils s'impliquaient davantage dans des événements plus vastes, comme le ramassage des déchets, ce qui contribue à la fierté de notre région", témoigne Philippa James, l'un des docteurs chargés du projet. "Il existe de nombreuses études sur la façon dont deux heures par semaine dans un espace vert peuvent améliorer l'humeur - et cela a aussi des avantages physiques, mentaux et émotionnels. C'est quelque chose que nous devons exploiter. "