Le bouleau est le type d'arbre le plus allergisant en Belgique. Sa période de floraison court de mars à avril. Samedi dernier, "nous avons mesuré une concentration moyenne de 31 grains de pollen de bouleau par mètre cube d'air à Bruxelles. À un tel taux, certaines personnes allergiques peuvent déjà ressentir des symptômes. C'est à partir de 80 grains/m³ d'air, considéré comme un seuil critique, que le risque est jugé très élevé pour toute la population spécifiquement allergique à ce type de pollen. Ce dépassement de seuil dure chaque année une quinzaine de jours en moyenne", explique Lucie Hoebeke, collaboratrice scientifique. Sciensano ne peut prédire si la saison pollinique du bouleau sera intense. Les quantités de pollen émises annuellement sont, comme pour la plupart des arbres, très variables et dépendent spécifiquement des espèces. Les conditions météorologiques influencent aussi fortement la dissémination du pollen dans l'air, ajoute le centre. Deux autres arbres ont déjà atteint des niveaux de pollen records cette année, selon Sciensano. "Pour le noisetier, l'indice pollinique annuel a largement dépassé celui de l'année passée (qui était déjà un record depuis 1982), alors qu'en principe les arbres ont besoin d'une à quelques années de 'repos' avant de produire à nouveau de telles quantités de pollen. Le deuxième record est celui de l'aulne, avec également l'indice pollinique annuel le plus élevé jamais enregistré depuis le début des mesures", poursuit Mme Hoebeke. Plus d'infos sur le site du réseau belge de surveillance des pollens, airallergy.be.

Le bouleau est le type d'arbre le plus allergisant en Belgique. Sa période de floraison court de mars à avril. Samedi dernier, "nous avons mesuré une concentration moyenne de 31 grains de pollen de bouleau par mètre cube d'air à Bruxelles. À un tel taux, certaines personnes allergiques peuvent déjà ressentir des symptômes. C'est à partir de 80 grains/m³ d'air, considéré comme un seuil critique, que le risque est jugé très élevé pour toute la population spécifiquement allergique à ce type de pollen. Ce dépassement de seuil dure chaque année une quinzaine de jours en moyenne", explique Lucie Hoebeke, collaboratrice scientifique. Sciensano ne peut prédire si la saison pollinique du bouleau sera intense. Les quantités de pollen émises annuellement sont, comme pour la plupart des arbres, très variables et dépendent spécifiquement des espèces. Les conditions météorologiques influencent aussi fortement la dissémination du pollen dans l'air, ajoute le centre. Deux autres arbres ont déjà atteint des niveaux de pollen records cette année, selon Sciensano. "Pour le noisetier, l'indice pollinique annuel a largement dépassé celui de l'année passée (qui était déjà un record depuis 1982), alors qu'en principe les arbres ont besoin d'une à quelques années de 'repos' avant de produire à nouveau de telles quantités de pollen. Le deuxième record est celui de l'aulne, avec également l'indice pollinique annuel le plus élevé jamais enregistré depuis le début des mesures", poursuit Mme Hoebeke. Plus d'infos sur le site du réseau belge de surveillance des pollens, airallergy.be.