Pendant six ans, Margot Bastin a étudié le malaise des jeunes dans le cadre d'une thèse de doctorat en psychologie. Elle a visité sept écoles et interrogé 1555 élèves, dont les plus jeunes étaient en cinquième primaire. Même si c'est très jeune pour avoir ce qu'on appelle des "pensées négatives", c'est, selon la chercheuse, le début de la fin de l'insouciance.
...