La prévention de la mort subite du nourrisson, on peut la résumer comme suit : couchez l'enfant sur le dos, sur un matelas ferme, pas trop chaudement couvert, dans un petit lit qui lui est propre dans une chambre fraîche.
...

La prévention de la mort subite du nourrisson, on peut la résumer comme suit : couchez l'enfant sur le dos, sur un matelas ferme, pas trop chaudement couvert, dans un petit lit qui lui est propre dans une chambre fraîche. Selon l'American Academy of Pediatrics, la tétine contribue à cette prévention. Elle serait capable de faire diminuer le risque de mort subite du nourrisson de 50 à 90%.Selon une étude, c'est même le cas pour les bébés qui dorment dans des circonstances qui augmentent le risque de mort subite du nourrisson, comme en étant allongé sur le ventre ou recouverts d'édredons non attachés. Attention aux plus vulnérablesGrâce à l'adoption de nouvelles directives il y a une petite vingtaine d'années, nous avons vu baisser le nombre de cas de mort subite du nourrisson de manière impressionnante. En 1993, la Flandre en comptait encore 118. En 2014, ce n'était plus que 11.Empêcher totalement la mort subite du nourrisson semble toutefois impossible. Aux États-Unis, une hausse se profile même dans les 6 premiers jours qui suivent la naissance. En 1995, ce groupe représentait 10% de l'ensemble des cas de mort subite. En 2014, c'était 12%. Il s'agit donc d'une augmentation plutôt faible, mais grâce à leur enregistrement précis, les Américains l'ont toutefois détectée et à leurs yeux, elle est suffisamment grande pour s'en préoccuper.Transposée au niveau de l'Europe, il s'agirait de 150 décès et à celui de la Flandre, d'1 ou 2 cas. Un nombre similaire d'enfants auraient survécu de justesse aux circonstances dramatiques, mais ils en gardent néanmoins l'un ou l'autre dommage cérébral.Les chercheurs pensent que l'augmentation est liée à ce que l'on appelle la méthode kangourou. Dans ce contexte, un parent porte le bébé, en général prématuré ou de petite taille pour son âge, dans un porte-bébé contre le corps et cela pourrait augmenter le danger de mort subite de diverses manières.Le bébé pourrait par exemple avoir trop chaud, mais il semble aussi que des parents s'endorment parfois d'épuisement avec le bébé couché sur le ventre sur leur corps, ce qui est également un facteur de risque pour la mort subite. Faire une sieste ou aller dormir avec le bébé dans un fauteuil ou un lit reste dangereux, certainement en combinaison avec de l'alcool, du tabac ou de la drogue.Les positions de sommeil susceptibles de comporter un risque restent dès lors un point d'attention supplémentaire, en particulier pour les parents d'enfants prématurés ou de très petite taille qu'ils transportent dans un porte-bébé.Les tétines aident à mieux mangerCelui qui a déjà été désemparé par un bébé en pleurs dans ses bras connaît la rapidité à laquelle une tétine peut parfois apporter consolation et apaisement. Tout le monde ne doit pas agir comme Maggie des Simpsons, mais cette solution semble une piste de satisfaction pour toute personne qui y assiste. Sucer une tétine est une activité autour de laquelle tourne une grande partie de la vie des bébés. Il n'y a dès lors pas de raison de les priver de ce plaisir lorsqu'ils risquent de ruiner le sein de la maman ou quand la dernière goutte du biberon a été bue. Il y a des histoires qui courent concernant la confusion sein/tétine dans le cas où les bébés reçoivent une tétine trop rapidement, qui les rendraient enclins à moins boire au sein maternel. Il n'y a pas beaucoup d'éléments qui le prouvent. Ces histoires ne sont souvent que des ouï-dire. Il se pourrait même bien que la situation soit inversée et que les problèmes d'alimentation soient la cause de l'augmentation de l'utilisation de la tétine. Par exemple parce que le bébé est insuffisamment alimenté, ce qui le rend agité ou difficile. Ou parce que le bébé est confronté à d'autres problèmes qui le poussent à moins manger. Il n'y a également pas de preuve solide pour ceci, mais les médecins font remarquer qu'il est difficile de distinguer les causes des conséquences. Chez certaines femmes, l'allaitement se déroule comme un jeu d'enfant, mais comme pourra le raconter toute maman qui l'a essayé en vain, cela peut être sérieusement frustrant quand ça se passe mal.Il est beaucoup trop peu connu que les tétines sont parfois justement recommandées, par exemple pour les enfants qui éprouvent des difficultés à correctement combiner la succion et le fait d'avaler. Il est en effet d'une importance vitale que cette coordination se fasse aisément de telle sorte que le bébé puisse se nourrir facilement. C'est une compétence que les bébés doivent acquérir et cela ne fonctionne pas toujours aussi bien que prévu, comme c'est parfois le cas pour les bébés prématurés, les enfants avec un faible poids de naissance ou avec un réflexe de succion insuffisamment développé, mais aussi chez les très petits bébés qui ont été alimentés pendant un certain temps via intubation. Pour de tels enfants, les tétines stimulent le réflexe de succion et par conséquent également l'alimentation, plutôt que de la perturber.Bref, laissez votre bébé sucer tranquillement sa tétine, s'il ou elle en a envie. C'est une activité saine, dont il ne se portera assurément pas plus mal.