Pour la chlamydia, l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquemment diagnostiquée, le nombre de cas est passé en Wallonie de 4,9 à 21 par 100.000 habitants entre 2002 et 2013. Si ce chiffre est double en Flandre (de 8,3 à 45,7), le record est observé à Bruxelles, où le nombre a triplé, passant de 31,1 à 99,1 par 100.000 habitants en 2013.

Les cas de gonorrhée sont également en hausse, tandis que la syphilis a, elle, décuplé à Bruxelles entre 2002 et 2013: 2,6 cas à 28,4 pour 100.000 habitants. On compte 3,4 cas en Wallonie et 8,2/100.000 habitants en Flandre. Ces chiffres sont sous-évalués, car 40% des laboratoires de microbilogie ne fournissent pas leurs chiffres à l'ISP et le dépistage reste insuffisant, précise Le Soir.

Les résultats concernant le sida seront eux révélés dans quelques semaines.

Pour la chlamydia, l'infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquemment diagnostiquée, le nombre de cas est passé en Wallonie de 4,9 à 21 par 100.000 habitants entre 2002 et 2013. Si ce chiffre est double en Flandre (de 8,3 à 45,7), le record est observé à Bruxelles, où le nombre a triplé, passant de 31,1 à 99,1 par 100.000 habitants en 2013. Les cas de gonorrhée sont également en hausse, tandis que la syphilis a, elle, décuplé à Bruxelles entre 2002 et 2013: 2,6 cas à 28,4 pour 100.000 habitants. On compte 3,4 cas en Wallonie et 8,2/100.000 habitants en Flandre. Ces chiffres sont sous-évalués, car 40% des laboratoires de microbilogie ne fournissent pas leurs chiffres à l'ISP et le dépistage reste insuffisant, précise Le Soir. Les résultats concernant le sida seront eux révélés dans quelques semaines.