Ces chiffres concernent le CHU Brugmann, le CHU Saint-Pierre, les hôpitaux Iris Sud (qui comptent les centres hospitaliers Baron Lambert, Etterbeek-Ixelles, Molière-Longchamp et Joseph Bracops), et l'institut Jules Bordet.

"60% des lits agréés soins intensifs doivent être affectés au COVID-19 et 100% des nouveaux lits de soins intensifs sont affectés au COVID-19", explique Etienne Wéry. "Selon les recommandations nationales, 4 fois ce nombre total correspond au nombre de lits d'hospitalisation, non USI (Unités de soins intensifs), affectés au COVID-19. Ce sont par rapport à ces plafonds-là qu'on parle". Les hôpitaux dédient en réalité plus de lits de soins intensifs aux patients COVID-19 que les plafonds théoriques ne l'exigent.

De plus, ils ont la possibilité de rogner sur les lits de soins intensifs réservés aux autres malades non COVID-19. "A part Bordet qui a limité sa capacité vu les pathologies dont souffrent certains de ses patients immunodéprimés dans le cadre de leur traitement oncologique, les trois hôpitaux généraux publics ont créé des lits USI (Unités de soins intensifs) supplémentaires et continuent à le faire", remarque encore Etienne Wéry. "Ce jeudi, St-Pierre ajoute encore 5 lits USI à sa capacité d'accueil Covid".

Il précise encore que le taux d'occupation élevé des lits d'hospitalisation simple réservés au patients affectés par le COVID-19 ou suspectés de l'être n'est pas révélateur de la capacité d'accueil étant donné que les sections COVID-19 sont ouvertes en fonction des besoins et que les hôpitaux disposent de nombreux lits libres depuis l'annulation des opérations non urgentes. Le CHU Brugmann (24 Patients COVID-19 confirmés et suspects sur une capacité de 24 lits COVID-19 en soins intensifs et de 36 lits de soins intensifs au total) et les hôpitaux d'IRIS Sud (17 patients COVID-19 confirmés et suspects sur une capacité de 18 lits COVID-19 en soins intensifs et de 23 lits de soins intensifs au total) sont saturés.

"Si la tendance actuelle se poursuit, nous envisageons pour ce week-end ou le début de la semaine prochaine, une coordination avec le réseau des hôpitaux UCL bruxellois et, si nécessaire, avec d'autres provinces et ce, afin d'éviter toute saturation des USI d'un de nos hôpitaux", conclut Etienne Wéry.

Quelques transferts de patients ont déjà été réalisés au sein du réseau IRIS. Aux cliniques universitaires Saint-Luc, 26 lits intensifs sont occupés par des patients Covid-19 sur 35 places disponibles et jusqu'à 50 si besoin. A l'UZ Brussel, 27 patients sont hospitalisés au service de soins intensifs dans la partie COVID-19, dont 24 patients COVID-19 confirmés. Un mineur a également été admis avec une infection COVID-19.

Les hôpitaux du groupe Chirec (Delta, Braine l'Alleud, Saint Anne) prennent en charge en soins intensifs 42 patients confirmés COVID-19 et 6 suspects, dont 22 confirmés et 3 suspect à l'hôpital Delta. Ils avancent ne plus avoir de lits COVID-19 libres en soins intensifs.

Ces chiffres concernent le CHU Brugmann, le CHU Saint-Pierre, les hôpitaux Iris Sud (qui comptent les centres hospitaliers Baron Lambert, Etterbeek-Ixelles, Molière-Longchamp et Joseph Bracops), et l'institut Jules Bordet. "60% des lits agréés soins intensifs doivent être affectés au COVID-19 et 100% des nouveaux lits de soins intensifs sont affectés au COVID-19", explique Etienne Wéry. "Selon les recommandations nationales, 4 fois ce nombre total correspond au nombre de lits d'hospitalisation, non USI (Unités de soins intensifs), affectés au COVID-19. Ce sont par rapport à ces plafonds-là qu'on parle". Les hôpitaux dédient en réalité plus de lits de soins intensifs aux patients COVID-19 que les plafonds théoriques ne l'exigent. De plus, ils ont la possibilité de rogner sur les lits de soins intensifs réservés aux autres malades non COVID-19. "A part Bordet qui a limité sa capacité vu les pathologies dont souffrent certains de ses patients immunodéprimés dans le cadre de leur traitement oncologique, les trois hôpitaux généraux publics ont créé des lits USI (Unités de soins intensifs) supplémentaires et continuent à le faire", remarque encore Etienne Wéry. "Ce jeudi, St-Pierre ajoute encore 5 lits USI à sa capacité d'accueil Covid".Il précise encore que le taux d'occupation élevé des lits d'hospitalisation simple réservés au patients affectés par le COVID-19 ou suspectés de l'être n'est pas révélateur de la capacité d'accueil étant donné que les sections COVID-19 sont ouvertes en fonction des besoins et que les hôpitaux disposent de nombreux lits libres depuis l'annulation des opérations non urgentes. Le CHU Brugmann (24 Patients COVID-19 confirmés et suspects sur une capacité de 24 lits COVID-19 en soins intensifs et de 36 lits de soins intensifs au total) et les hôpitaux d'IRIS Sud (17 patients COVID-19 confirmés et suspects sur une capacité de 18 lits COVID-19 en soins intensifs et de 23 lits de soins intensifs au total) sont saturés. "Si la tendance actuelle se poursuit, nous envisageons pour ce week-end ou le début de la semaine prochaine, une coordination avec le réseau des hôpitaux UCL bruxellois et, si nécessaire, avec d'autres provinces et ce, afin d'éviter toute saturation des USI d'un de nos hôpitaux", conclut Etienne Wéry. Quelques transferts de patients ont déjà été réalisés au sein du réseau IRIS. Aux cliniques universitaires Saint-Luc, 26 lits intensifs sont occupés par des patients Covid-19 sur 35 places disponibles et jusqu'à 50 si besoin. A l'UZ Brussel, 27 patients sont hospitalisés au service de soins intensifs dans la partie COVID-19, dont 24 patients COVID-19 confirmés. Un mineur a également été admis avec une infection COVID-19. Les hôpitaux du groupe Chirec (Delta, Braine l'Alleud, Saint Anne) prennent en charge en soins intensifs 42 patients confirmés COVID-19 et 6 suspects, dont 22 confirmés et 3 suspect à l'hôpital Delta. Ils avancent ne plus avoir de lits COVID-19 libres en soins intensifs.